mercredi 13 septembre 2017

"Ça" ou le retour du clown de Stephen King


L'affiche du film

"It" de Stephen King est peut-être le premier roman que j'aie lu de son auteur, adolescent. Un ouvrage qu'il me faudrait relire pour bien me rappeler de tous les tenants et aboutissants de l'histoire mais qui m'avait saisi de bout en bout. "Ça", c'est l'histoire de ce clown maléfique responsable de la disparition d'enfants et c'est surtout un éclair de génie de King d'avoir donné à une figure rassurante de notre enfance, ou généralement vécue comme telle, le rôle démoniaque de l'histoire.


Le 20 septembre prochain sort une version cinéma qui semble prometteuse (bande-annonce ci-dessus). Outre atlantique, les critiques sont plutôt bonnes et le lancement excellent (117 millions de $ pour le seul premier week-end d'exploitation aux USA). Le film  n'aura sans doute aucun mal à faire oublier le pitoyable téléfilm de 3 heures sorti en 1990 (1993 chez nous, sur M6) qui pêchait par manque d'ambition, de moyens, d'engouement des acteurs, de charisme dans la représentation d'un clown guère effrayant, et qui était plutôt grand guignolesque dans son déroulement. Ayant adoré le roman horrifique de King, je ne pouvais me satisfaire d'une version télé à peine frémissante et frileuse en tous points..

Le clown 2017 semble bien plus flippant que celui de 1990.

Pourtant, je n'étais pas opposé aux adaptations du genre. A l'époque, le genre horrifique, plus ou moins flippant, parfois non dénué d'humour, était bien plus représenté qu'aujourd'hui sur les chaînes françaises. M6 proposait chaque semaine ses "Jeudis de l'angoisse" et nous avions également droit aux savoureux mais inégaux "Contes de la crypte". J'avais donc accueilli cette première adaptation du classique de King avec autant de bienveillance que d'appréhension avant de prendre une vraie douche froide devant autant de médiocrité. Néanmoins, "Ca, il est revenu", le téléfilm bancal en question, reste pour une poignée de fans une sorte d'OVNI devenu culte avec le temps. Nul doute que le film de 2017 devrait redistribuer les cartes si toutes les cartouches n'ont pas été gaspillées dans la bande-annonce.

Dans les deux cas, l'ensemble semble fidèle au roman de King.

Depuis que le projet de cette nouvelle adaptation signée Andy Muschietti a vu le jour, et encore plus depuis que les premiers visuels ont fuité, le débat a repris concernant l'impact que pouvait avoir cette représentation démoniaque du clown. Des associations de clowns professionnels ont porté plainte face à l'image que le film véhiculait d'eux, craignant de se traîner désormais une mauvaise réputation qui mettrait à mal l'image du clown pitre, maladroit et rigolard tel qu'il est perçu dans les cirques. Encore un procès d'intention stérile. D'une part, King n'a rien inventé en faisant d'une figure rassurante une représentation maléfique. D'autre part, il serait bon de se rappeler que "It" n'est qu'une fiction et que ce serait bien de faire la part des choses. Enfin, les clowns des cirques s'adressent principalement aux enfants (même si certains grands enfants que nous sommes peuvent y être sensibles encore aujourd'hui, ce qui n'est pas mon cas) et ce ne sont pas ces derniers qui risquent de voir le film donc c'est, à mon sens, une fausse et vaine polémique.

L'affiche de la mini-série TV de 1990

Puisque l'on parle des clowns, j'ai été bien plus marqué en son temps par cette couverture de Tibet concernant le 25e opus de la série Ric Hochet, Coups de griffes chez Bouglione. Outre le fait d'avoir toujours eu un faible pour cette série, malgré une qualité des histoires comme du dessin assez inégale, j'avais adoré cette histoire et je trouvais la couverture d'une lisibilité et d'une pertinence absolues. Ce n'était pas rien pourtant que de s'attaquer à l'un des symboles les plus représentatifs du cirque, à une époque où il était bien plus ancré dans notre quotidien qu'actuellement. 


Pour terminer, je vous laisse avec ces quelques affiches réalisées par des admirateurs à l'occasion de la sortie du film "Ça". Certaines sont carrément sublimes et font preuve d'une vraie maîtrise. J'ai un coup de cœur pour la première de la série mais toutes me semblent valoir le coup d’œil ! Beaux hommages en tout cas ! 















3 commentaires:

  1. "il serait bon de se rappeler que "It" n'est qu'une fiction"

    En es-tu certain ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûr de te suivre, pas plus que je n'arrive à déterminer si c'est du second degré ou pas (?) Le livre est une fiction dont le film s'inspire, tout comme le téléfilm avant lui. Après, que des clowns tueurs se trimbalent (éventuellement) dans la vraie vie, ce n'est pas le sujet, si ?

      Supprimer
    2. Disons qu'après avoir beaucoup lu (avec un plaisir évident) Stephen King, je n'ai jamais pu déterminer avec certitude s'il écrit des fictions ou des réalités. C'est un réel questionnement.

      Supprimer