dimanche 3 septembre 2017

Du Larzac à l'Aubrac, une semaine en Aveyron (3)



La Couvertoirade


Après plusieurs jours caniculaires, le mercredi offrit un autre visage niveau températures. S'il fit assez chaud tout au long de la journée, un voile nuageux permit de ne pas s'exposer au soleil durant les 4 heures (! ! !) passées à la Couvertoirade.


Nath ne connaissant aucun site templier du Larzac, j'avais décidé de lui faire visiter le lieu le plus emblématique, mais aussi le plus commercial évidemment, des cités templières : la Couvertoirade. Et comme elle était en mode studieuse, elle se munit des commentaires audio de chaque monument. Autant dire qu'on y a passé un temps fou ! J'ai même du, à un moment, sacrifier à l'assiette gourmande Flaune / Gâteau à la broche / Gâteau aux Noix arrosée d'une bière artisanale ambrée pour patienter dans les meilleures conditions possibles.


Je ne vais pas vous faire l'historique de la Couvertoirade, d'une part parce que, en toute sincérité, je n'arrive pas à me passionner pour ce genre de faits historiques, honte à moi, et d'autre part parce que, désormais, Nath est particulièrement calée sur le sujet. Donc, pour toute question historique en rapport, n'hésitez pas à faire appel à ses lumières.


Moi, mon seul vrai plaisir est d'arpenter les rues, de regarder les pierres, d'admirer les bâtisses, de jeter un oeil distrait aux multiples échoppes calibrées pour des touristes en manque d'achats superflus, de déambuler sans but précis... même si j'avoue qu'au bout de 4 heures, mon intérêt s'était quand même pas mal émoussé.

















Evidemment, depuis les remparts, la vue est tout autre. On y accède depuis un escalier en colimaçon dans l'une des tours. Il a bien fallu que mon vertige me joue des tours lors de la seule dizaine de marches sans rampe. Pour monter, ça pouvait encore aller, mais en redescendant ma dignité en a pris un petit coup lorsque j'y suis allé marche après marche en position assise, en disant à une touriste médusée mais compréhensive : "vertige chronique, désolé". Par contre, une fois là-haut, c'est superbe. Dommage que la grisaille ambiante ne permette pas aux photos prises de vraiment rendre compte de la beauté des lieux.









Alors que nous nous apprétions à quitter les lieux, un superbe papillon a pris la pose, se parant de ses plus belles couleurs. Cela valait bien d'immortaliser l'instant.


Lentement mais sûrement, notre séjour dans le Larzac s'achevait peu à peu. Mais il nous restait encore une soirée mémorable avant d'embrayer sur l'Aubrac le jeudi matin.

A suivre...

8 commentaires:

  1. Pas de photo de la descente d'escalier ? :)

    RépondreSupprimer
  2. Je peux reproduire la cascade à domicile (je me déplace) mais le tarif est conséquent ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai justement un super escalier en bois (quasiment une échelle pour certain) qui permet d'apporter du foin dans une grange. Ça pourrait faire de belles photos !!! ;-)

      Supprimer
    2. J'ai dit que le tarif était conséquent, je suis surpris que cela ne t'ait pas arrêté net ! ;-)

      Supprimer
    3. C'était simplement une proposition de décor pour ceux qui seraient intéressés. Et contrairement à toi, je l'offre gracieusement ;-)

      Supprimer
    4. Attendons les prochains foins, on fera un shooting photos à ce moment là !

      Supprimer