mercredi 18 avril 2018

J'ai retrouvé la pureté des graines de foudre ! ! !



Et ça m'a pris presque 30 ans ! Saletés de graines ! La dernière fois que je les ai vues écloses, c'était au début des années 90 et je débarquais, fier bachelier, à Limoges pour devenir un bien moins fier étudiant au fil de mes années d'études. Depuis, pas moyen de retomber dessus et ça n'a pas été faute de chercher ! Trente années à espérer qu'un petit miracle se produise. Je n'étais pas aidé, je ne me rappelais plus du nom de celui qui me les avait fait découvrir. Je n'avais qu'un prénom : Stéphane, lui-même en couple à l'époque avec une vague Sylvie... à moins que ce ne fut Sophie... les deux en relation avec un Eric que j'avais depuis perdu de vue. Enfin, bref, toujours est-il que c'était un peu mince pour entamer des recherches. Et je ne me souvenais pas davantage du nom de la plante, ni même de son parfum qui me semblait tout de même lointainement entêtant. Comment retrouver ce Stéphane qui me mènerait alors aux graines de foudre qui me permettraient à leur tour de me remémorer des senteurs que je savais au fond de moi délicieuses. Ce n'était pas une mince affaire.

Pendant ces trente années, j'ai longtemps repensé à ce Stéphane mais comme je n'avais pas gardé de lien avec les connaissances que nous pouvions avoir en commun à l'époque, le retrouver était peine perdue. Et toutes mes recherches Internet pour trouver trace des graines de foudre furent infructueuses, me laissant à chaque fois dans un profond désarroi. Car, bien que tout ceci n'ait pas la moindre importance, d'ailleurs j'ai quand même fait autre chose de ma vie pendant ce long laps de temps, j'aurais quand même bien aimer toucher au but, ne serait-ce que pour ressentir la saveur si particulière d'une madeleine de Proust.

Et puis, grâce indirectement à mon ami Denis qui va encore se demander ce qu'il vient faire là-dedans. j'ai enfin touché du doigt ce mardi ce que je recherchais depuis si longtemps ! Les graines de foudre me sont enfin réapparues. Les fleurs qui en sortirent (sortirent, oui parce que figurez-vous qu'en plus, je ne peux même pas utiliser les mots que je veux puisque Môssieur le verbe éclore ne se conjugue pas au passé simple), les fleurs qui en sortirent donc, m'émerveillèrent avec autant de force que lorsque je les avais découvertes trois décennies plus tôt. Et le parfum était effectivement entêtant, comme une musique vers laquelle on reviendrait toujours.

De musique il est question justement puisque Denis m'avait proposé, en prévision d'un prochain périple sur les routes de France et de Navarre, de confectionner une petite playlist hétéroclite. J'en étais à une quarantaine de titres sélectionnés lorsque soudain... Soudain...

Les graines de foudre déferlèrent sur moi ! Les Lightning Seeds déferlèrent sur moi et c'était trop bon, tellement j'avais attendu ce moment ! Je pouvais enfin, après des années de frustration, réentendre Les Lightning Seeds et leur tube "Pure". Et "All I want". Et tant d'autres issus de leur bien bel premier album "Cloudcuckooland". Je les avais enfin retrouvés ! ! ! Une joie indescriptible m'emplit.

Et Denis qui me dit ce soir que sur la liste de désormais quelques 75 titres, il y en a seulement deux qui correspondent à ses propres coups de cœur. Mais... mais... que veut-il donc que cela me fasse ? J'ai retrouvé Les Lightning Seeds. Trente ans après. Le monde peut bien arrêter de tourner à présent, je m'en fous, plus rien n'existe. Enfin presque.

Ce soir, j'écoute "Pure" et je suis bien.


Ce soir, j'écoute "All I want" et je ne suis pas plus mal.


.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire