mardi 23 octobre 2018

Daredevil saison 3 : une réussite en mode diesel



ATTENTION : L'article révèle des pans importants de l'histoire de la saison 3 dans le dernier paragraphe (en dessous de la 4ème image). A ne pas lire si vous ne voulez pas être spoilés. Vous voilà prévenus.


C'est peu de dire que cette troisième saison de Daredevil était attendue, après une deuxième certes de qualité mais bien trop bourrine et répétitive dans ses scènes d'action. Personnellement, je n'en pouvais plus de manger des ninjas à toutes les sauces. Les scénaristes et le showrunner ont eu du nez en remettant sur le devant de la scène l'ennemi emblématique de Matt Murdock, Wilson Fisk, en tentant ainsi de réitérer l'équilibre miraculeux de la première saison qui était un chef d'oeuvre absolu de respect du matériau originel, d'interprétation et de mise en scène. La très grande classe ! 

Cette troisième saison aurait pu approcher l'excellence de la première, voire l'égaler, si le démarrage n'avait pas été aussi laborieux. Les cinq premiers épisodes sont une purge par rapport à ce que l'on était en droit d'attendre et font clairement craindre le pire pour la suite : intrigue étirée inutilement, des circonvolutions prévisibles, un ensemble bavard au possible, une mise en scène pas bien inspirée... Avec un autre inconvénient de taille : à moins d'avoir vu la série The Defenders avant de visionner cette saison 3, il nous manque des éléments. Certes, ces événements nous sont très brièvement relatés mais c'est compliqué de saisir la détresse du personnage et sa vulnérabilité quand on a l'impression qu'il manque un pan de l'histoire. Pour moi, la série Daredevil doit se suffire à elle-même. Même si le personnage intervient dans des séries parallèles, elle doit garder une cohésion qui lui est propre.


Et puis miracle : à partir de l'épisode 6, et plus encore du 8, la machine s'emballe enfin et l'ensemble devient alors réellement passionnant. Vraiment. Et brillant de bout en bout. Entre le personnage toujours plus exploré de Benjamin Poindexter (énorme performance de Wilson Bethel), quelques révélations bien senties (et plus ou moins attendues si on connait l'histoire de DD dans les comics), l'affrontement (qu'il soit à distance ou plus rapproché) entre DD et Fisk, une qualité d'écriture (ou en tout cas de narration) retrouvée, une mise en scène inspirée et une interprétation toujours de haut vol, la deuxième partie de cette saison 3 rattrape miraculeusement tous les ratés de ses débuts. C'est en cela qu'elle est exceptionnelle. Moins équilibrée que la saison 1 certes (qui bénéficiait en plus d'un effet découverte de l'adaptation non négligeable) mais exceptionnelle quand même.


Rappel : Attention, spoilers ! 

-La série propose une perspective intéressante, mais trop peu esquissée en l'état pour savoir si elle pourrait être développée dans une prochaine saison : lorsque Fisk est vaincu, Murdock s'engage à ce que sa femme Vanessa soit protégée. Mais il n'est pas dit que Vanessa ait besoin de protection. En voulant être pleinement associée aux actes de son époux (ce que Murdock ignore), elle a en quelque sorte franchi la ligne. Elle a forcément gagné en force ce qu'elle a perdu en fragilité et il serait intéressant de voir jusqu'à quel point elle pourrait reconstruire l'empire que son mari a désormais perdu.

-L'omniprésence du personnage de Ray Nadeem, agent du FBI impeccablement campé par Jay Ali, m'a de temps en temps donné l'impression de retomber dans certains épisodes de 24 Heures chrono. Surtout lorsque certains traîtres se révèlent, comme la glaçante scène où il se retrouve chez sa supérieure hiérarchique. La série a beaucoup joué dans cette saison sur la paranoïa, sur le besoin d'être protégé ou de protéger ses proches, mais en a quelque peu abusé. A partir du moment où la mort du personnage ne fait aucun doute, il aurait sans doute fallu un peu moins jouer sur la corde sensible. D'autant que l'empathie pour le personnage, malgré le fait que la situation lui ait très vite échappé bien malgré lui, est toute relative. Quand bien même c'est lui, le vrai vainqueur de Wilson Fisk.

-La mise en scène des réels desseins de Fisk est bien trop longue à se mettre en place. A aucun moment, le jeu de dupes ne fonctionne et c'est principalement ce qui plombe le début de saison. Du coup, malgré la toujours très inspirée interprétation de Vincent d'Onofrio, Wilson Fisk peine à effrayer tant les moyens pour arriver à ses fins sont bancals et, dans une certaine mesure, pathétiques car indignes d'un adversaire de cette envergure. Heureusement, la série arrive à redresser la barre dans sa deuxième moitié, ce qui n'était pas gagné ! 

-L'idée de faire de DD l'ennemi public n°1 en créant un faux Daredevil par le biais de Poindexter est une bonne idée. D'autant que je reste allergique à ce costume et que je préfère nettement qu'il soit porté par d'autres. Matt Murdock n'a pas eu à l'arborer et j'étais bien content, sa tenue de fortune étant bien plus appropriée au fils de boxeur qu'il est. Plus stylée aussi. Mais s'il revient aux fondamentaux, devra t-il se heurter une nouvelle fois à Melvin alias le futur Gladiateur ? Leur unique confrontation cette saison, même si brève,  fut prometteuse. Wait and see...

-L'ultime épisode, après un happy ending où Karen, Foggy et Matt projettent de créer un cabinet sous une enseigne commune, se referme sur Bullseye en train de panser ses blessures, avide de revanche. Une fin pas très bienvenue dans le sens où elle n'amène rien qui puisse créer une attente de la prochaine saison. J'avais l'impression d'assister à un épisode de l'Araignée dans Nova où Doc Ock se fait recoudre les tentacules dans l'attente de pouvoir se venger de Spiderman et de la Chatte Noire.

-Difficile de savoir si une 4ème saison verra le jour. Entre les annulations de séries existantes, la patte Disney à venir même si on ne sait pas encore dans quelle mesure ou sous quelle forme, la difficulté de préserver la cohésion de Daredevil face à des séries dérivées moins inspirées et les runs potentiellement adaptables, les paris sont ouverts.

.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire