lundi 3 février 2020

Nicolas Peyrac, on en redemande à Saint-Astier !



Nos routes à Nicolas et moi n'en finissent plus de se croiser et, sans que je sache bien comment cela est encore possible, chaque nouvelle rencontre dépasse émotionnellement la précédente.
Être son ami est une fierté. C'est l"assurance du parler vrai, de l'amitié sincère, du plaisir de se retrouver et d'être ensemble, d'échanger sans prise de tête et avec tellement de facilité. Être son ami est surtout une chance et je la mesure un peu plus de jour en jour.


Aujourd'hui, ce fut encore plus vrai. Il y eut le plaisir des retrouvailles. Comme une évidence. Les balances, les ultimes réglages. Les échanges complices dans la loge de l'artiste (l'appareil photo FZ300 est une bombe, ne cherchez pas autre chose, y'a pas mieux !). Le repas partagé -et quel repas ! Ils savent se débrouiller en cuisine à Saint-Astier ! - avec Nicolas, son ami Vincent, les organisateurs d'un jour (un merci tout particulier à Marie-France pour son extrême gentillesse, générosité et disponibilité). Le concert, énorme, dans une salle remplie jusqu'à la gueule, dans une super ambiance. Un Nicolas en (très) grande forme qui nous a régalés -fortement émus aussi- d'anecdotes sur quelques titres phares mais souvent plus méconnus de son répertoire. Et puis cette présence, cette voix, cette force d'interprétation, ce musicien hors pair qui nous fait passer par tous les états avec pour seule compagne une guitare. Avec beaucoup de morceaux revisités aujourd'hui dont de nombreux qu'il n'avait plus interprété depuis belle lurette, voire jamais sur scène. Il y eut sa forte émotion mêlée à mes propres larmes sur "Elle disait". Il y eut ces applaudissements à tout rompre, ces gens debout de partout. Puis les échanges d'après concert. Jusqu'au départ inéluctable et que l'on voudrait pouvoir retarder. Un peu. Beaucoup. Il est dur le moment où l'on se retrouve seul dans sa voiture. Après un tel déferlement de bonheur et de partage pendant des heures, c'est dur de se dire que c'est derrière nous désormais.

Restent les chansons de Nicolas, intemporelles. Les images fortes d'une journée inoubliable. Restent l'amitié et la promesse de prochaines retrouvailles. Reste le plaisir d'avoir pu passer une nouvelle journée en compagnie de ma "nouvelle" amie Béatrice (je mets des guillemets vu qu'on s'est croisé sur les concerts de Nicolas à trois reprises en moins d'un an, avec un plaisir sans cesse renouvelé).


J'ai écrit cette première moitié de billet hier soir, sitôt rentré de ce week-end extraordinaire, entre Périgueux et mes achats compulsifs de BD et Saint-Astier et cette journée de dingue ! Je reprends la plume, brièvement, ce lundi soir, à froid pour vous confirmer que la reprise a été bien dure après les émotions d'hier. Nicolas s'en est retourné chez lui. Je ne sais pas si, tel Lucky Luke, il a fredonné : "♪ I'm a poor lonesome cow-boy, I've a long long way from home ♫" mais moi, j'ai eu l'impression d'un retour à une vie bien "Rantanplan-plan" aujourd'hui. Lendemains difficiles en perspective...

Que c'était bien... Mais que c'était bien ! Merci Nicolas ! 

2 commentaires:

  1. J'aime ce billet Franck parce que même si je ne te connais que depuis peu,je sais que tu es sincère,droit dans tes bottes,comme Nicolas.Une folle journée que ce 2fèvrier 2020.Je n'ai pas atterri encore et je n'ai pas fredonné la chanson de Lucky Luke mais j'ai fredonné la fête est finie,et cette impression indéfinissable de vide,de froid quand s'éteignent les soleils.Bizarre de ressentir cela.Nicolas nous a prouvé une fois de plus et amplement qu'il mérite bien mieux que cette place qu'on lui a attribué dans le monde de la musique.Il te soulève une salle avec juste sa voix et sa guitare.Oui c'est un phénomène notre Nicolas.Il vit ses chansons,sa musique,il vibre comme les cordes de sa guitare et il nous fait vivre intensément ces moments avec lui.Je n'ai jamais entendu quelqu'un dire bof,ou c'était pas terrible en sortant de ses concerts.En tout cas une chose est sûre,ces 2 oiseaux dont il est question dans ce post,je suis ravie et honorée de les avoir comme Amis et je mets un grand A,j'ai l'impression de les connaitre depuis toujours...On parle de tout,de rien et le temps file sans se poser de questions,sans se prendre la tête. Vraiment 2 mecs bien! Merci d'être là,ça fait un bien fou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Miss BB (mais ni Brigitte, ni Bardot) ^^ Ce commentaire me touche vraiment et les sentiments sont partagés. Merci, merci, merci !
      Franck

      Supprimer