jeudi 2 mai 2019

En plein cœur... Clara Luciani


© Manuel Obadia-Willis

C'est peu de dire que la belle Clara n'a pas raté sa cible. Son premier album, Sainte-Victoire, réédité dans une version augmentée, m'a touché en plein cœur. Vraiment. Je ne me souviens pas avoir déjà ressenti un tel flot d'émotions à l'écoute d'un album, surtout émanant d'une artiste qui m'était  inconnue, avant qu'elle ne soit consacrée lors des dernières Victoires de la Musique. 

Parler de cet album est difficile pour moi. Parler de l'artiste l'est tout autant. Clara Luciani me touche par le choix et la force de ses mots dans les maux. Elle a une qualité d'écriture que j'aurais souhaité avoir les jours de souffrance (que je souhaiterais avoir tout court d'ailleurs). Mais si je dis cela, je laisse à penser que cet album n'est que douleur. Or, il est tellement plus que ça. Il est sombre et tourmenté par certains aspects, certes, mais aussi lumineux, sensuel, poétique, courageux, profondément sincère et tellement d'autres choses encore. C'est un album qui touche au plus profond de soi, qui remue et dans lequel les thèmes abordés trouvent un écho ancré dans la durée. En tout cas, moi, il m'a durablement envoûté. Je l'écoute encore et toujours et, à chaque fois, j'y trouve de nouveaux motifs de satisfactions. C'est un album qui me rend heureux à chaque fois que je l'écoute, ou mélancolique, c'est selon, parce qu'à de nombreux égards, il me correspond. 


Et puis, il y a cette voix, incroyable de densité, que l'artiste semble pouvoir moduler à loisir, une voix qui a un charme fou... Il y a cette présence dingue, ce regard, cette intelligence, cette musique superbe qui enveloppe le tout tel un magnifique écrin sur mesure. 

Vous l'avez compris. J'aime cet album. Profondément. Et j'ai un vrai coup de foudre artistique pour l'artiste. Et comme Clara Luciani soigne particulièrement ses clips, je ne résiste pas à l'envie de vous proposer l'essentiel des titres disponibles sur la page You tube de l'artiste. Je les ai agrémentés de quelques extraits des textes ciselés de Clara. Régalez-vous ! 


On ne meurt pas d'amour

"Mon syndrome est unique
Et contamine l'âme
Atteint les mécaniques
Affole le cardiogramme

J'suis rouillée jusqu'à l'os
Faut changer les rouages
Ou jeter à la casse
Tout mon appareillage"

Monstre d'amour

"Mes jambes flanchent, mon corps est lourd
Je finirai par m'étouffer dans tout ce velours
J'ai beau hurler
Mes cris sont sourds"

Mon ombre

"Mon drame, c'est mon ombre
Une ombre, profonde comme la nuit
Qui gronde et ronronne quand je lui donne
Ma peur d'être seule, ma peur d'échouer
(...)
Qui crache son encre, épaisse et rance
Sur ce qui restait de mes espérances"

Comme toi

"J'ai un cœur qui s’écœure,
De n'attendre que toi
Qui me ressembles tant
Qui ne me comprends pas"

Nue

"Suis-je seulement celle
Celle dont j'ai l'air ?
Souvent je change."

Drôle d'époque

"Moi, j'ai pas l'étoffe
Pas les épaules, pas les épaules
Pour être une femme de mon époque
On vit vraiment une drôle d'époque"

La Grenade

"Hé, toi, qu'est-ce que tu regardes ?
T'as jamais vu une femme qui se bat ?
Suis-moi dans la ville blafarde
Et je te montrerai comme je mords, comme j'aboie"

Les fleurs

"Je pense aux fleurs
Qui sont parfaites
Et qui n'ont pas d'autre rôle
Que de l'être"

Eddy

Y a t-il des filles que ça touche
Ces mots qui sortent de ta bouche
Comme des perles ?
Moi, je m'en fais des colliers
Que je jette à la mer, Eddy"

Pleure, Clara, pleure

"Je suis la pleureuse italienne
Recroquevillée sous le chêne 
D'un cimetière imaginaire
Où l'on enterre guère que de l'air"

.