lundi 31 décembre 2012

Au revoir... à bientôt !




C'est par ses mots que Jean Topart finissait invariablement les petits reportages clôturant chaque épisode des Mystérieuses Cités d'Or. Une voix immédiatement identifiable qui s'est éteinte samedi. Ce timbre et cette élocution si particuliers ont fait de ce grand artiste un immense acteur de doublage. Il était acteur tout court d'ailleurs, au sens le plus noble du terme, tant sur les planches qu'au cinéma, la télévision ou bien encore la radio. Mais il est vrai qu'il aura durablement marqué les esprits dans son apport considérable au monde du doublage pour lequel il aura également effectué bon nombre de narrations, la plus célèbre hormis celle des documentaires des Cités d'Or étant probablement celle de la série animée Rémi sans famille. Et le fan d'Ulysse 31 que j'étais ne pourra jamais oublier toute l'épaisseur qu'il donna aux dieux de l'Olympe, Zeus en particulier.

Petit à petit, ceux qui nous ont accompagné s'en vont. Il est des voix qui devraient être éternelles. Après Daniel Gall, j'avoue ne pas aimer cette loi des séries. Des pans de l'enfance qui s'écroulent et une nostalgie douce-amère qui n'est plus tout à fait comme avant. Le temps fait son oeuvre et ceux que nous avons tant aimés au travers d'un rôle, d'une voix tirent leur révérence en nous laissant un peu plus orphelins.

Monsieur Topart, mes mots n'auront jamais la portée que vous mériteriez qu'il aient, ne serait-ce que du fait que j'ignore tant de choses de votre immense carrière. Mais votre voix, tantôt si bienveillante (Rémi sans famille), tantôt si inquiétante (Ulysse 31), aura baigné nombre d'heures de mon enfance et adolescence. Et elle n'est pas de celles que l'on oublie. Vous avez doublé des dieux. S'il existait un mont Olympe du doublage, vous seriez parmi les plus grands. 

Je terminerai cet hommage maladroit comme je l'ai commencé. Par ces mots ancrés à vie dans ma tête lorsque votre voix chaude prenait congé des enfants que nous étions après nous avoir éclairé sur la culture précolombienne des Mystérieuses Cités d'Or : "Au revoir... à bientôt ! "

Car je veux croire qu'il y a des voix qui ne meurent jamais.




.

vendredi 28 décembre 2012

Rêves insaisissables...



(cliquez pour agrandir)


Les gens qui se souviennent de leurs rêves, à condition qu'ils ne soient pas traumatisants, ont bien de la chance. Pour ma part, il n'y a pas moyen de me rappeler de quoi que ce soit. Tout au plus une image furtive qui disparaîtra dans l'instant. Ou une sensation. Que c'était bien. Qu'il aurait fallu que jamais cela ne s'arrête. Quant à savoir pourquoi, alors là, grand mystère, tout s'est déjà évaporé depuis belle lurette.

Ma femme se souvient des rêves qu'elle fait et est tout à fait capable de me les raconter. Ses souvenirs s'atténueront forcément au fil du temps mais en attendant elle a des choses à dire. Quand je vagabonde sur Internet, je vois même ci et là des blogs où les gens racontent leurs rêves. C'est plus ou moins intéressant, surtout lorsqu'ils se mettent en tête de les interpréter et d'ainsi leur enlever, à mon sens, toute substance. Mais enfin ces gens rêvent et en gardent des traces.

Moi non. Jamais. Juste ces satanées sensations que, quand même, ça devait valoir le coup. Et pouf, plus rien. Je me suis rendu compte, avec le temps, que si je ne pouvais rien à cet état de fait, j'en étais énormément frustré. Pensez donc, le type plutôt solitaire dans sa bulle, avec ses univers liés à l'écriture, à la BD, toujours aux prises avec le syndrome de la page blanche, quel pied ce serait pour lui s'il parvenait à accrocher ses rêves du bout des doigts et à en retirer une quelconque substance. Des souvenirs. Des bribes d'histoires qui en feraient d'autres. Que d'univers à explorer, déformer, malaxer comme une pâte à modeler aux possibilités quasi-infinies !

Je suis résigné. Mes rêves se déroberont toujours. Alors je me raccroche à ce seul avantage : ils s'en vont tous. Même les pires. Enfin, dont j'ai pu avoir la sensation qu'ils étaient les pires. Puisque de toute façon, j'ai déjà tout oublié...

.

jeudi 27 décembre 2012

L’Énigme du chef et ses indices croquants




Ben oui, ça faisait quand même depuis septembre que je ne vous avais plus proposé d'énigme. Il faut dire que la dernière en date me plaisait assez et que je comptais sur l’opiniâtreté de certains pour trouver de qui ou de quoi il s'agissait. Malheureusement...

Alors, voici la solution tant attendue ! (Si, si, elle était attendue la solution, ne me laissez pas croire que tout le monde s'en fout, même si c'est vrai, bouhouhouhou...) Alors, les indices... reprenons ça depuis le début...


Une part de moi est immortelle.
Moins une égale plus deux.
Des cautérisations causèrent ma perte.
Ma disparition ne fut pas considérée comme un exploit.


(cliquez pour agrandir)


L'Hydre de Lerne, créature de la Mythologie grecque, possède plusieurs têtes dont une immortelle. Coupez lui en une et deux repousseront à la place. Il fallut que les moignons de cous soient cautérisés sitôt les têtes tranchées pour éviter leur repousse. L'immortelle fut enterrée vivante sous un rocher. Néanmoins, l'exploit d'Héraclès ne fut pas considéré comme tel car Eurysthée fit remarquer qu'il avait été assisté dans son combat par son neveu Lolaos.

Allez, c'est parti pour une nouvelle énigme ! Comme d'habitude, vous avez une semaine et vous pouvez me faire vos propositions par mail ou en Mp via ma page Facebook. N'oubliez pas d'étayer vos réponses en expliquant les divers indices. Bonne chance !

A gorges déployées mais sans rire.
On y trouve un arrière-goût de soleil... vert
Cette adaptation ne devait pas échoir à mon réalisateur final.
Mon personnage finit par tuer celle qu'il voulait venger

.

mercredi 26 décembre 2012

Ma collectionnite vous dit merci ! (Mon estomac aussi)




Une fois n'est pas coutume, je lance un appel à celles et ceux qui auraient près de chez eux des Auchan, Leclerc, Carrefour, Géant, Intermarché... qui seraient susceptibles d'avoir en stock quelques-unes (ou mieux la totalité) des 6 boites métalliques Gaston de biscuits chocolatés Desobry listées ci-dessous. 

La première boite est verte et fait 227g. Seul le modèle ci-dessous m'intéresse sur les 3 existants, possédant déjà les 2 autres).



On reste dans les 227g mais en bleu. Dans ce format et cette couleur, il n'en existe pas d'autres modèles. La classe !




On passe aux boites bleues 700g. Là, je recherche les 3 boites référencées sur la photo.



Enfin, il existe un autre modèle, toujours en 700g, qui vient de sortir en Belgique donc je ne peux pas garantir qu'il soit déjà disponible chez nous. Je l'aime déjà.



Voilààà... Il ne s'agit pas d'écumer toutes les grandes surfaces de votre région mais simplement de regarder, lorsque vous faites votre plein de courses, si par hasard, au détour d'une allée... Par contre, en grand maniaque que je suis, il faudrait que l'état des boites soit impeccable. Boites neuves et pleines, ça va de soi, ma chère et tendre étant particulièrement gourmande. 

Si vous tombez dessus, sait-on jamais, vous pouvez donc me prévenir. Dans le pire des cas, mon contact chez Desobry me fera un envoi depuis la Belgique mais vu que les boites métalliques ont tendance à vite prendre des pets et que la Poste sait plus que de raison se montrer indélicate, je ne m'y risquerai qu'en dernier recours.

Merci d'avance à celles et ceux qui pourraient m'aider. Hormis le risque éventuel de pénurie, il n'y a pas d'urgence particulière. Je voudrais juste éviter de passer à côté. Et puis c'est Gaston Lagaffe, quoi...

Je précise à toutes fins utiles (au cas où) qu'il ne s'agit pas d'une liste de Noël après l'heure mais juste d'une demande d'aide si au hasard de vos courses, vous tombiez nez à nez avec l'une des boites recherchées. Merci !

.

samedi 22 décembre 2012

Accro au Tangram




J'ai toujours beaucoup aimé ce type de casse-têtes (boites qui ne s'ouvrent pas, anneaux entremêlés, cubes à reconstituer etc). Mais j'en achète rarement car une fois que l'on connait l'astuce, la rejouabilité est quasi inexistante. Avec le Tangram, le problème se pose moins. D'une part parce qu'il existe un nombre impressionnant de possibilités et d'autre part parce qu'à moins de mémoriser chaque modèle, on peut y revenir sans souci quelques semaines après et refaire chauffer les méninges.

Du coup, lors du marché de Noël de mon village, j'ai craqué pour un coffret avec 2 jeux de Tangram et 64 fiches, histoire de me confronter à Nath les longues soirées d'hiver. Je ne savais pas trop si elle serait partante mais au final, elle serait presque plus accro que moi. En deux jours, on a déjà purgé les deux tiers du stock de cartes, si bien que je viens de commander un ouvrage avec 1000 modèles, histoire d'être peinards un moment. Il faut voir comment le rapport des forces s'inverse. Moi en général branché en mode impatient, je suis incroyablement zen sur ce jeu. Chercher les possibilités, orienter les pièces, essayer diverses combinaisons, encore et encore, je prends mon pied comme c'est pas permis. Et c'est moi qui, parfois, dois freiner Nath qui voudrait bien regarder la solution lorsqu'un modèle nous tient tête un long moment. Après, il y a des modèles plus difficiles que d'autres, à moins que ce soit notre esprit logique qui soit sur mode alternatif.

Bref, voilà un jeu qui ne paye pas de mine, qui ne coûte pas bien cher du reste et qui garantit des soirées bien plaisantes à deux. Chacun son jeu et que le plus rapide l'emporte ! Basique en apparence mais profondément génial. 

.

vendredi 21 décembre 2012

UP & DOWN Spécial ONDAR Saison 3





Cette saison 3 est particulière à bien des égards. Les sociétaires (ceux qui étaient là depuis le début de l'aventure) sont partis se fourvoyer dans un ONDAR Show hebdomadaire insipide mais qui est très révélateur de ce qui peut se faire de pire en matière d'humour quand on prend le melon à ce point et que l'on met sur une même scène des humoristes à l'ego surdimensionné. Du coup, pour ce qui est de la quotidienne, on a pas mal de nouveaux, qui passent ou trépassent selon le bon vouloir du jury (souvent) et du public (parfois) et quelques anciens. Je ne vais pas faire le tour de tous ceux qui tentent de nous faire rire, ils sont bien trop nombreux, mais simplement partager mes coups de coeurs et mes déceptions qui n'engagent que moi, bien évidemment. Vous pourrez vous faire votre propre opinion via quelques vidéos que vous trouverez sans souci sur You Tube notamment.

Avant de commencer, je tiens à dire que je suis opposé à la règle du sujet imposé pour les humoristes ayant totalisé plus de dix passages. Ces derniers gagnent au fil des semaines une notoriété qu'ils n'avaient pas jusque là. Ils remplissent des salles. Ils ont donc plus de travail. Leur imposer un sujet leur demande un effort d'écriture supplémentaire avec peu de temps pour le faire et surtout pour le roder en répétitions. Du coup, des humoristes au très fort potentiel sont parfois en train de s'y casser les dents. J'aurai l'occasion d'y revenir... Je précise également que tous les goûts sont dans la nature et que vous êtes tout à fait en droit de trouver hilarants des artistes que je supporte difficilement. 

Les UP




ARTUS

Mon préféré de la saison, déjà bien présent l'an dernier, et qui se bonifie à chaque passage. Avec un capital sympathie immense, un univers attachant et original en diable, ce sacré bosseur donne sans compter et sa générosité sur scène fait plaisir à voir. Alternant sketches visuels et d'autres plus parlés, il trouve souvent l'angle qui fait mouche. Et même quand les vannes sont inégales, il les fait passer sans problème. Un futur grand qui ira loin s'il n'oublie pas d'où il vient, contrairement aux anciens pensionnaires dont je parlais au début de ce billet. A priori, pas de danger, Artus semble avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Qu'il ne change rien. Un artiste qui taille déjà très grand.




CYRIL ETESSE

Cyril a réussi un passage mémorable pour son 3e sketch "La Chasse aux rats est ouverte". Une performance qui lui colle à la peau tant il a imité à la perfection les membres du jury. Un humoriste en état de grâce qui a eu depuis du mal à réitérer ce tour de force. Avec un humour basé sur un sens évident de l'absurde et sur un débit de paroles vertigineux, il ne peut plus vraiment surprendre, ce qui l'oblige à bétonner son texte ou à explorer de nouvelles directions avec plus ou moins de réussite. Mais l'homme est très attachant avec surtout le recul nécessaire pour analyser ses performances. Il est surtout exigeant et très critique sur son travail, ce qui rend Cyril Etesse formidablement sympathique. Son dernier sketch 2012, Un dompteur et son lion, nous a montré que l'homme avait de la ressource et qu'il faudra définitivement compter avec lui en 2013. Avec ou sans ONDAR d'ailleurs.




ANTONIA

Elle n'en est qu'à son sixième passage mais cette femme bourrée de talent a déjà tout d'une grande comme on dit. Son sixième passage, Une miss explique ses photos dénudées, restera dans les annales tant elle fait preuve d'un culot et de qualités d'écriture et d'actrice formidables. Antonia est très douée et elle a fait pour l'instant un sans-faute dans l'émission même si je serais un peu plus réservé que le jury sur certains sketches. En tout cas, elle promet énormément. Dans ONDAR en tout cas puisqu'elle n'a pas attendu d'être sur le plateau du Moulin Rouge pour briller un peu partout où elle passe. Une vraie révélation néanmoins pour ceux comme moi qui l'ont découverte par le biais de l'émission.




ZIDANI

Zidani, c'est la femme caméléon, un peu comme Antonia d'ailleurs, les deux aimant se dissimuler derrière des personnages savoureux à grand renfort de déguisements. Zidani joue, Zidani chante, Zidani va au bout de ce qu'elle peut donner et quand ce festival de talents trouve son équilibre alors c'est du nectar. A l'image du sketch "Un maire ne veut pas marier des gays" où elle est époustouflante dans son jeu et la drôlerie de son écriture. Depuis quelques semaines, elle est un peu rentrée dans le rang car les sujets imposés ne lui conviennent pas. Ce serait quand même dommage qu'une règle stupide nous prive d'une humoriste de grand talent. Véritablement touche à tout, l'artiste peint, expose, et crée à chaque fois l'évènement avec ses spectacles en Belgique. Encore une qui a eu une vie avant ONDAR et qui en aura une après. En attendant, ne boudons pas notre plaisir.




LES DECAFEINES

Je les adore parce qu'ils ont toujours des numéros très visuels, bourrés d'originalité et dont les textes des chansons sont bien plus ciselés qu'on ne pourrait le croire. Leur bonne humeur est contagieuse et il font partie de ceux, à l'instar d'un Cyril Etesse, que j'aimerais bien voir en spectacle. Problème : comme lui, les Décaféinés doivent déployer des efforts d'ingéniosité pour surprendre. Pas simple...

UP & DOWN




AHMED SYLLA

Doté d'un potentiel comique énorme, il a un capital sympathie qui ne l'est pas moins. Gentil, drôle, charmeur, généreux, il fait un bien fou à chacun de ses passages. Malheureusement, il ne tient parfois pas la distance sur la durée et met souvent son énergie débordante au service de textes faiblards. Avec de vrais textes, bien écrits, bien assimilés, son univers s'exprimerait à merveille. Bref, un mec indispensable mais un tantinet crispant quand il assure le service minimum, vu le talent qu'il a.




DONEL JACK'SMAN

Il m'horripilait vraiment l'an passé. Faut dire que je n'aime pas le stand-up et tous les effets qui consistent à se regarder le nombril. Sauf que Donel a énormément progressé. Dans son élocution. Dans l'écriture de ses sketches où il dénonce les choses avec plus d'intelligence et donc plus de force dans le propos. Dans son jeu aussi, moins sur la défensive, plus en mode partage avec le public. Il manque toujours un peu de constance et d'imprévisibilité.




EUGENIE ANSELIN

Difficile d'en parler vraiment parce qu'elle totalise encore peu de passages dans l'émission et qu'elle n'est pas à l'abri d'une élimination. Elle a eu chaud aux fesses la semaine dernière. Mais elle n'a que 20 ans, est toujours étudiante et se partage entre Zurich pour ses études et Paris pour les enregistrements. Elle a une présence, du culot, une certaine fraîcheur aussi qui fait du bien et une envie évidente de se trouver. Parfois ça passe, parfois c'est plus compliqué mais cette fille a vraiment quelque chose qu'elle fera fructifier, que ce soit par le biais d'ONDAR ou ailleurs. La comédienne est déjà bien en place. Le reste devrait suivre.




AYMERIC LOMPRET

J'aime son côté pince sans rire très décalé. J'aime moins son dilettantisme (pour ne pas dire paresse) qui donne l'impression qu'il s'endort trop vite sur ses lauriers. Et comme on ne sait jamais trop ce qu'il pense...
Bref, je suis partagé. Son dernier sketch a été limite bâclé. Et c'est quelqu'un qui, bien que totalisant pas mal de passages dans l'émission désormais, n'est pas encore un pensionnaire pour moi. Il lui manque la constance et probablement du travail. Ou alors il faut qu'il capitalise sur son seul talent mais, à mon sens, le résultat n'est pas garanti.

DOWN




VERINO

Verino est un habitué de l'émission et à moins d'une surprise cataclysmique, rien ne changera. D'ailleurs, sa présence ne me dérange pas. Mais ce down est un coup de gueule contre tous les sketches qu'il écrit à la va-vite, misant sur sa gueule et son capital sympathie. Peu réceptif aux critiques qu'il va tenter de désamorcer à son avantage, Verino me semble tout près d'attraper un bon gros melon. C'est sans doute déjà fait. Dommage. L'humilité quand on est artiste, ça peut être sympa aussi.




ANTHONY JOUBERT

Je suis bien emmerdé. J'adore Cyril Etesse. Anthony Joubert m'insupporte à en devenir urticant. Et les deux sont potes comme larrons en foire. Mais bon, j'assume. Il est pour moi l'erreur de casting de cette 3e saison. Hier soir encore, il a livré un sketch poussif et pas drôle. Genre plagiat de Titof. Mais en pire. Si, si, c'est possible. Imperméable aux critiques, il a défendu son bifteck jusqu'au bout face à un Jean Benguigui bien remonté, il est vrai. Il ne faudrait pas que cela rappelle le pathétisme du cas Babass qui en était arrivé à se prostituer télévisuellement pour exister. Au début, je trouvais déjà ses apparitions faibles mais sa bonne humeur restait communicative. Maintenant, même s'il n'a pas été éliminé, je crois que Joubert devrait vraiment peser le pour et le contre de l'utilité de revenir dans l'arène. Même avec deux ou trois potes qui rient dans le public, ça risque de faire juste.




SACHA JUDASZKO

Rien contre lui en particulier mais il stagne à n'en plus fnir. En plus, ce n'est vraiment pas mon type d'humour. Et je ne vois pas ce qu'il gagne à rester dans l'émission coûte que coûte, vu qu'il n'est pas vraiment encensé par le jury. Il essaye des choses, on sent bien qu'il cherche à toucher le public mais tous ses effets tombent quand même souvent à plat. Et ses textes restent souvent un peu trop prévisibles pour donner libre cours à un jeu d'acteur en retrait. A t-il besoin de l'émission ? Non. L'inverse me semble vrai aussi même s'il a un capital sympathie indéniable.




STEEVEN et CHRISTOPHER

A-AAA-AAAAT- CHOOOUM ! ! ! Mon allergie me reprend ! Dès que je les vois, je sais que je vais devoir ronger mon frein (ou zapper) pendant quelques minutes. Et comme ils affichent en permanence leur air d'éternels contents d'eux, c'est un tantinet crispant. Bon, je leur reconnais une volonté de se diversifier à chacun de leurs passages. Mais sinon, c'est amateur en diable. Leurs imitations sont souvent pourries, ils ne sont jamais bons en même temps, les vannes sont attendues à des kilomètres, bref ils ne me surprennent jamais. Je ne comprends ni leur succès, ni l'engouement du jury. Un mystère mais il en faut pour tous les goûts alors...




JULIE VILLERS

"Ça manque de filles dans l'émission", scande Catherine Barma. Oui d'accord, c'est un fait, la parité n'est pas respectée. Mais si c'est pour nous imposer tout et n'importe quoi d'humour féminin, je ne vois pas l'intérêt.
Laissez Antonia et Zidani confirmer tout le bien que l'on pense d'elles, laissez éclore la jeune Eugénie, mais par pitié ne nous imposez plus cette insupportable blonde criarde. Je sais bien que c'est la crise et que l'on s'en sort comme on peut mais bon, faut arrêter, quoi ! En plus, elle me fait flipper cette fille. elle a je ne sais quoi dans le regard de profondément inquiétant. C'est personnel évidemment (comme tout le reste de ce billet d'ailleurs) mais je n'aime pas du tout, vous vous en seriez douté...


mercredi 19 décembre 2012

Piccolo (Intégrale)



Bon, les plus assidus auront remarqué que ma tentative de me remettre à l'écriture n'a pas été couronnée de succès, ce qui explique la suppression de mes deux billets précédents. Je n'étais pas satisfait de ma première partie et pas davantage de la deuxième que j'étais en train d'écrire. J'aurais pu m’entêter mais je n'en voyais pas l'intérêt. Ça reviendra quand ça voudra, je ne suis pas pressé. En attendant que l'inspiration revienne, je fais partager à ceux qui ne l'ont pas encore lue une nouvelle qui est probablement pour moi ma préférée. Je l'ai écrite de février à octobre 2007, ce laps de temps s'expliquant par une certaine difficulté de ma part, à l'époque, à rédiger certains chapitres. Ceux-ci sont au nombre de douze, ce qui n'était pas prévu initialement d'ailleurs. Bref, j'espère que cinq ans après, le plaisir sera intact pour ceux qui la connaissent et au rendez-vous pour ceux qui la découvrent. Bonne lecture ! 

Chapitre 1

La porte s’entrouvrit, faisant tinter la petite clochette. Manon entra, une sucette à la bouche comme à son habitude. Comme l’endroit semblait vide, elle commença à se diriger vers les cuisines lorsque Piccolo en sortit.
-Tiens, mais c’est ma petite Manon ! Alors, ma puce, finie l’école ?
Manon lui sourit, l’œil malicieux. Elle tendit les bras. Piccolo la souleva et la fit asseoir sur le bar.
-Comme ça, on pourra discuter pendant que je fais un peu de vaisselle, ça te va ?
Manon hocha la tête, tout en balançant ses jambes au dessus du vide. Derrière le comptoir, des verres de bière sales s’étaient amoncelés et elle ne put s’empêcher de faire une grimace en les voyant.
-Ne t’inquiète pas princesse, je vais te nettoyer tout ça… et lorsque tu auras fini ta sucrerie, tu auras ton sirop de mûre, d’accord ?
Manon lui offrit un sourire encore plus radieux. Elle adorait Piccolo et ne manquait jamais de lui rendre visite après l’école. Et pendant les vacances, elle le suivait presque partout.
Elle le regarda laver les verres un à un, avec des gestes précipités. A ce rythme là, il ne lui faudra guère de temps, pensa t-elle. Tant mieux. Voir Piccolo travailler ne la gênait pas tant que ça, mais elle préférait l’avoir pour elle toute seule. Elle aimait par dessus tout quand il lui racontait de belles histoires. Avec des clowns et tout plein d’animaux. Et lorsqu’elle se les imaginait, ses yeux s’emplissaient d’étoiles.

Piccolo essuyait à présent les derniers verres et lorsqu’il eut terminé, Manon lui tendit le bâtonnet vide de sa sucette. Il le jeta dans la poubelle qui se trouvait sous le comptoir et prit la bouteille de sirop posée sur les étalages derrière lui.
Manon serra le verre à deux mains et but avidement le liquide sucré. Elle passa ensuite le revers de sa main sur ses lèvres et sortit une langue gourmande pour dire qu’elle en voudrait bien encore.
Piccolo la resservit donc puis s’éclipsa dans la cuisine. Il en revint avec une part de tarte aux myrtilles posée sur une petite assiette en porcelaine.
-Tiens, Manon, ça creuse l’école, non ? Ensuite – et ton beau sourire n’y changera rien – il sera temps de faire tes devoirs.
Pour le coup, le beau sourire disparut et fit place à une moue irrésistible. Piccolo éclata de rire et, le torchon posé sur l’épaule, s’avança vers l’entrée du bar où la petite avait posé son cartable.
-Alors, voyons voir ! Hum… dictée, c’est pas de chance, ça ! Enfin, faudra essayer de faire mieux que la dernière fois.
Piccolo se gratta la tête, un peu embarrassé, comme à chaque fois que la petite revenait avec des devoirs de français. Autant il avait une aisance rare pour raconter des histoires, autant l’écrit lui avait toujours posé problème. Bon, pour lui dicter le texte, pas de souci… ni pour le corriger puisqu’il l’avait sous les yeux. Mais pour lui expliquer les fautes, alors là ! C’était une autre paire de manches.
-Oh ! Je vois aussi que tu as des opérations. C’est bien ça, les opérations, on va commencer par là, tu veux bien ?
Manon s’approcha de lui et enserra son ventre massif de ses deux bras.
-Je t’aime fort, Piccolo !
Le vieil homme sourit et passa une main dans les cheveux noirs et bouclés de la fillette.
-Bien essayé, jeune fille… mais tu sais l’accord que j’ai passé avec ta mère : tu viens me voir après l’école seulement si les devoirs sont faits avant de rentrer à la maison. Alors au boulot !
Manon tenta une dernière grimace mais n’insista pas. Elle sortit ses livres et, assise à côté de Piccolo, commença ses opérations. Elle savait que, si elle se dépêchait, elle aurait peut-être un peu de temps avant de devoir partir. Et qu’il lui raconterait alors une de ses histoires au pays des clowns.

Chapitre 2

-Alors la sauvageonne, t’étais encore chez le vieux débi… ?
Manon se jeta sur son frère avant qu’il n’eut le temps de finir sa phrase.
-Aiiiie ! Mes cheveux ! Mais tu me fais mal… Lâche moi ! Mamaaan ! ! !
-Vas y ! Ose le redire que Piccolo est un débile, sale crétin !
Blanche s’interposa entre les deux tandis qu’Eddy tentait de retenir par les épaules une Manon déchaînée.
-Peuh ! Tu ne lui arrives même pas à la cheville, de toute façon ! T’es jaloux pi c’est tout !
-Ca suffit Manon, gronda son père. Et toi Martin, retourne à tes devoirs. Je te signale que ceux de ta sœur sont faits, eux !
Manon jeta un regard noir à son frère. Le chat Neptune regarda sa maîtresse d’un air surpris puis sauta sur ses genoux. Elle le caressa machinalement entre les oreilles, ce qui eut pour effet de le faire ronronner instantanément, mais sans quitter son frère des yeux.
Blanche soupira en regardant le carnet de sa fille.
-Je crois que papa a parlé un peu vite, Manon… et qu’il nous faut revoir la dictée sans attendre !
Martin ricana, le nez plongé dans ses livres.
-Ha ! Le Piccolo, c’est pas un fortiche en français, ça c’est sûr !
-Martin ! ! ! Tu te tais !
Le garçon sentit son visage s’empourprer. Il savait qu’il y avait des limites à ne pas dépasser avec son père. Et qu’il fallait savoir se faire oublier.
Manon eut un grand sourire mais qui ne dura pas.
-Et toi Manon, tu m’enlèves ce sourire béat de ta figure et tu vas avec ta mère me refaire cette dictée ! C’est vraiment du grand n’importe quoi, rajouta t-il en regardant à son tour le cahier de français de sa fille. C’est pas la peine de revenir aussi tard si les devoirs sont aussi mal faits !
Manon regarda son père et sentit une boule lui envahir l’estomac. Elle savait ce qu’il sous-entendait. Et elle sentit les larmes lui monter aux yeux en s’imaginant ne plus pouvoir rendre visite à Piccolo après l’école.
Blanche dut sentir le trouble et la colère qui commençaient à poindre chez sa fille car elle l’appela.
-Allez, viens ma puce ! Revoyons cette dictée tous les deux, tu veux bien ?
Princesse, pensa Manon, lui m’aurait appelée princesse… Et un sourire illumina à nouveau son beau visage.

-Regarde moi ça, grommela Eddy lorsqu’il eut rejoint sa femme dans le lit. Il est près de onze heures et les enfants viennent juste de s’endormir ! Et demain matin, ça va encore être la guerre des nerfs pour les faire se lever !
Blanche observa la moue contrariée de son mari et dut se pincer les lèvres pour ne pas éclater de rire.
-N’exagère pas, ce n’est quand même pas comme ça tous les soirs. Et puis il n’y a qu’en français que Manon a quelques lacunes… Ce n’est pas comme si elle était mauvaise élève.
En plus, je trouve ça bien qu’elle se stimule. Elle sait qu’elle doit faire ses devoirs lorsqu’elle se rend chez Piccolo et ça la responsabilise, non ?
-Mouais, soupira Eddy. Je ne peux pas dire le contraire. Mais… ça ne te semble pas malsain qu’elle ne jure que par ce vieux clown ?
Blanche eut un regard désapprobateur qui fit aussitôt rougir Eddy.
-Euh… je veux juste dire…
-Oh mais, je sais ce que tu veux dire… Tu veux savoir ce que j’en pense ? Tu es pire que ton fils des fois ! Moi, je l’aime beaucoup ce Piccolo…C’est vrai qu’il passe pour un original auprès de certains habitants de ce village, mais c’est quelqu’un d’adorable… Et Manon a fait de gros progrès à son contact. Elle parle beaucoup plus qu’à une époque où elle était très repliée sur elle-même, elle rayonne quand elle nous parle de lui. Tu sais ce qui se passerait si on l’empêchait de le voir, non ?
-Oui, d’accord, je comprends… mais ça m’inquiète quand même… Elle ne jure plus que par lui.
-Peut-être, mais n’oublie pas que Piccolo est un ancien clown qui a fait rire des centaines d’enfants. C’est normal que Manon soit émue à son contact. Elle adore ses histoires, je crois qu’elle est fascinée par ce vieux bonhomme et je trouve ça plutôt touchant.
-Bon. Donc, on ne change rien, c’est ça ?
-Non, on ne change rien. Manon sait ce qu’elle a à faire si elle veut continuer à voir Piccolo après l’école. J’ai confiance en elle. Et si ses résultats scolaires devaient en pâtir, il serait toujours temps d’aviser, tu ne crois pas ?
-Oui… Bon, j’éteins parce qu’il n’y a pas que les enfants qui doivent se lever demain. Mais je suis quand même content qu’on ait pu en discuter.
Eddy se tourna sur le côté et éteignit la lampe. Blanche se serra contre son dos et s’endormit presque aussitôt.
Dans les rêves qu’elle fit cette nuit là, Piccolo le vieux clown faisait rire sa fille aux éclats

Chapitre 3

Le réveil fut difficile… pour Blanche et Eddy qui sursautèrent lorsque Manon et Martin se jetèrent sur le lit alors qu’un grand soleil emplissait déjà la pièce.
-Maman, maman ! On ne déjeune pas aujourd’hui ? couina Martin tandis que Manon abattait son polochon sur la tête de son père en riant.
-Oh, mon dieu ! Eddy ! Il est presque neuf heures, s’écria Blanche en se ruant dans la cuisine. Et ne restez pas plantés là comme des ânes, vous deux ! Allez vous habiller, vite !
Les deux bols et le lait sous un bras, la confiture, le chocolat et le pain sous l’autre, Blanche semblait hystérique pendant qu’Eddy grommelait en se retournant dans son lit.
-C’est pas vrai, ils vont encore être en retard à l’école ! Eddy, je te rappelle que ton patron débarque sur le chantier aujourd’hui !
Le mot patron eut l’effet escompté. Eddy sauta du lit tout affolé et se rendit à la salle de bain à cloche-pieds en essayant tant bien que mal d’enfiler son pantalon. Il y eut un bruit sourd suivi de quelques jurons de circonstances lorsqu’il s’affala de tout son long.
-Buvez votre chocolat les enfants… Une fois encore, vous l’aurez froid mais ce n’est pas grave… et emportez ces tartines avec vous… Je vous les mets dans un peu d’alu.

Cinq minutes plus tard, les enfants et Eddy étaient partis. Blanche se laissa alors tomber sur la chaise la plus proche, essoufflée.
-Ils vont me tuer, ils vont vraiment finir par avoir ma peau ! Et… Oh non ! Bon sang, j’ai complètement oublié ! Manon va encore être furieuse !

Manon était assise à son pupitre et était écarlate. Et pas seulement parce qu’elle avait couru pour arriver à l’heure. Elle faisait une moue qui aurait beaucoup amusé Piccolo, si son regard n’avait pas été aussi noir.
-Ben quoi, sœurette, qu’est ce qui t’arrive ? chuchota Martin tandis que la maîtresse inscrivait au tableau la leçon du jour. C’est à cause d’hier soir ? A cause de ce que j’ai dit sur le vieux…euuh… sur Piccolo ?
-Pfff !, répondit Manon en haussant les épaules, tu ne comprends jamais rien, toi ! On est quel jour aujourd’hui, banane ?
-Ben… t’as qu’à lire au tableau, c’est écrit : on est le vendredi 25 mars. Et puis, banane toi-même, hé !
-Le 25 mars, c’est le jour de mon anniversaire, sale crétin ! ! !

Manon avait presque crié et s’était levée, dominant son frère qui lui aurait bien aimé se faire plus petit encore.
Tous les regards s’étaient posés sur eux. La maîtresse était restée impassible. Manon sembla se rendre compte subitement du tragi-comique de la situation. Elle sentit une chaleur monter à ses oreilles et balbutia quelques mots qui semblèrent se perdre au fond de sa gorge.
-Et bien les enfants, je propose que nous souhaitions un joyeux anniversaire à Manon puisqu’il semblerait que ce soit aujourd’hui, n’est-ce pas ? Et comme c’est un jour particulier, je passerai sur les quelques grossièretés que mes chastes oreilles ont cru entendre.
Manon commençait à peine à se détendre et s’apprêtait à se rasseoir lorsque la maîtresse continua :
-Et puis ce n’est pas tous les jours que notre Manon nous fait l’honneur de se porter volontaire pour notre exercice de grammaire du vendredi.

Manon écarquilla ses yeux en voyant le tableau. Il y avait bien six exercices de français à résoudre. Elle se dirigea alors vers l’estrade, sous les rires étouffés de ses camarades.

Chapitre 4

Manon était en larmes lorsqu’elle fit irruption dans le bar de Piccolo et se serra tout contre lui.
-Eh bien, princesse, ça a été si dur que ça l’école aujourd’hui ?
La fillette renifla bruyamment.
Piccolo lui souleva doucement le menton et vit ses yeux embués. Manon avait l’air si triste qu’il se sentit mal à l’aise tout à coup. Il cherchait des mots de réconfort qui ne venaient pas.
Alors ils restèrent là un moment sans bouger, dans un silence seulement entrecoupé des sanglots de Manon.
Au bout de quelques minutes, Piccolo se détacha de son étreinte.
-Dis moi princesse, ton cadeau, tu le veux avant ou après les devoirs ?
Manon leva la tête et regarda le vieil homme qui lui souriait. Il avait toujours ce regard si profond, si bienveillant. Elle passa énergiquement ses mains sur ses yeux pour sécher ses larmes. Et lui offrit un sourire radieux.
-Oh ! C’est vrai Piccolo ! Tu y as vraiment pensé, toi ?
-Laisse moi deviner… Papa et maman ont oublié de te le souhaiter, c’est ça ? Il vient de là ce gros chagrin ?
Le regard de Manon s’assombrit à nouveau et elle se mit à hoqueter sans pouvoir se contrôler.
-Calme toi, tu veux bien ? Et explique moi ce qui ne va pas. Et après, nous ne parlerons plus de ça… parce qu’il y a mieux à faire aujourd’hui, tu ne crois pas ?
La fillette observa le vieux clown et comprit pourquoi elle tenait autant à lui. Elle n’avait pas besoin de tout lui expliquer. Il la comprenait. Avec lui, elle se sentait bien. Et il savait la faire rire, la faire rêver aussi lorsqu’il l’emmenait au cœur de ses belles histoires.

Alors elle lui raconta sa journée, comment elle était arrivée en courant à l’école parce que ses parents n’avaient pas réussi à se lever, comment elle s’était retrouvée au tableau devant des camarades hilares. Et ce faisant, elle sortit une feuille froissée de son cartable qu’elle tendit à Piccolo.
-Aie !, grimaça t-il, un « D », c’est sûr que ce n’est pas brillant… Il va falloir redoubler d’efforts, tu ne penses pas ?
Manon le regarda d’un air suppliant.
-Si papa et maman voient ça, ils ne me permettront plus de venir te voir. Et je ne veux pas que ça arrive mon Piccolo, tu comprends ?
Piccolo était embarrassé. Il se frottait les cheveux, ne sachant pas trop que répondre.
-Bon… euh…C’est vrai que ta note tombe mal…J’essaierai de leur en toucher deux mots si tu veux, mais je ne peux rien te promettre. Allez range ça et assied toi. Je vais chercher ton goûter à la cuisine.
Manon s’exécuta aussitôt et, pleine de malice, demanda à Piccolo :
-Je dois peut-être baisser les stores, non ?
De la cuisine, elle entendit Piccolo éclater de rire.
-D’accord princesse, fais donc ça.

Lorsque la pièce fut plongée dans le noir, Piccolo arriva avec un gâteau immense, une sorte de fraisier dégoulinant de chantilly sur lequel étaient disposées sept grosses bougies. Et au centre, un  clown au chocolat.
Manon en eut presque le souffle coupé. Elle ne se rappelait pas avoir déjà vu un aussi beau et gros gâteau. Elle voyait Piccolo lui sourire, éclairé par la lueur des bougies.
-Oooh ! Piccolo ! Il est si joli ton gâteau !
Le vieil homme vit que les yeux de la fillette s’embuaient à nouveau, ce qui leur donnait un reflet étrange sous les flammes chancelantes.
-Allez ma grande, souffle moi tout ça… parce que je commence à avoir faim, moi !
-D’accord Piccolo, mais tu m’aides hein ?
Ils se levèrent tous les deux et s’approchèrent de l’imposant gâteau. Ils soufflèrent en y mettant tout leur cœur et la pièce fut aussitôt plongée dans l’obscurité. Piccolo se rapprocha à tâtons d’une des fenêtres et releva un store, puis un autre. Il se dirigea ensuite vers les cuisines et en revint avec un couteau, deux assiettes et deux coupes à champagne.
-Dis donc, ce qu’ils sont beaux tes verres, Piccolo !
Le vieil homme sourit et sortit une bouteille de derrière le comptoir.
-Pas de sirop aujourd’hui, princesse ! Un peu de pétillant à la pêche, tu vas voir c’est très bon.
Il lui tendit un verre qu’elle porta à ses lèvres.
-Hi hi, ça pique ! Mais qu’est ce que c’est bon !
Piccolo servit deux parts de gâteau et la regarda l’air malicieux.
-Dis moi, le gâteau peut sûrement attendre un peu, non ? Si tu ouvrais plutôt le cadeau qui se trouve derrière le bar.
-Oh oui ! fit Manon en tapant des mains. Elle sauta de sa chaise et courut jusqu’au paquet coloré caché près de l’évier. Elle déchira frénétiquement le papier et ouvrit des yeux comme des soucoupes lorsqu’elle vit ce qu’il y avait dans la boite.
-Un nez rouge ! Du maquillage ! Un costume et de grandes chaussures ! Oooh, merci Piccolo !
Elle l’enserra de toutes ses forces puis essaya le nez rouge.
-Tu veux bien me maquiller Piccolo ? demanda t-elle d’un air espiègle.
-Attends ! Je veux d’abord te montrer quelque chose ! Viens avec moi.

Manon le suivit dans la cuisine puis dans le jardin qui se trouvait à l’arrière du bâtiment. Au fond se trouvait une immense grange dont Manon avait toujours pensé qu’elle ne servait à rien.
Piccolo sortit une clé toute rouillée de sa poche et ouvrit le lourd battant en bois. Manon faillit pousser un cri lorsqu’il la fit passer devant lui.
A l’intérieur, il y avait un grand chapiteau rouge.


Le chapiteau était superbe. Il devait faire quatre ou cinq mètres de haut. Manon ne pouvait pas détacher son regard. Elle n’en revenait pas, la journée avait si mal commencé !
Piccolo se baissa et la regarda droit dans les yeux. Manon lui sourit, lumineuse et mit ses bras autour du cou de son ami avant de lui faire un gros bisou sonore sur la joue droite.
-Voilà ce que je te propose Manon… Je vais redevenir Piccolo le clown… et pour y arriver, j’aurais bien besoin d’une…assistante. Tu en penses quoi, princesse ?
Manon mit une main devant sa bouche, ses yeux plus brillants que jamais.
-Tu… es sérieux Piccolo ? Tu le penses vraiment ?
-Bien sûr que je suis sérieux, qu’est ce que tu crois ! Je pense que l’on pourrait répéter pendant les petites vacances et donner quelques représentations l’été, tu en dis quoi, toi ?

Manon était radieuse. Bien sûr qu’elle était d’accord. Puis elle réfléchit et se pinça les lèvres.
-Mes parents ne voudront jamais, c’est certain. Surtout lorsqu’ils verront ma note de ce matin.
-Vous semblez bien sûre de vous jeune fille !

Manon se retourna. Sa mère était là, dans l’entrebâillement du battant et son père se tenait juste derrière avec Martin. Elle souriait, ce qui contrastait avec Manon, visiblement sur le qui vive.
-Piccolo nous a parlé de son projet et nous n’y sommes absolument pas opposés. Mais il reste le problème de tes lacunes en français qui, à ce que je viens d’entendre, n’ont pas l’air de s’arranger. Alors ton père et moi, nous te proposons un marché : nous ne t’offrons rien pour ton anniversaire et en contrepartie nous indemniserons la maîtresse qui se propose de te donner des cours de soutien deux fois par semaine. Bien entendu, cela implique que tu ne voies pas Piccolo pendant ces moments là. Et si les résultats suivent, nous vous laisserons préparer votre spectacle en toute liberté. Tu en dis quoi Manon ?
Manon ouvrit la bouche mais n’eut pas le temps de répondre.
-Réfléchis bien Manon, dit Eddy, c’est une décision plus importante qu’il n’y paraît. Je respecte ton envie d’assister Piccolo et de monter votre propre spectacle mais l’école reste prioritaire. Est-ce que c’est bien clair pour toi ? Te sens tu capable de tout mener de front sans nous décevoir ?
Manon regarda son père droit dans les yeux et acquiesça.
-Très bien Manon, fit son père en souriant. Ta mère et moi avons confiance alors ne nous donne pas tort.
Eddy se tourna ensuite vers Piccolo :
-Votre invitation à partager un bout de gâteau tient toujours ?
-Et comment ! On en a des choses à fêter, non ?

Blanche, Eddy et Martin rentrèrent dans le café. Piccolo et Manon, mains dans la main, leur emboîtèrent le pas.

Chapitre 5

Piccolo porta la main à sa joue brûlante.
-Dis donc, tu n’y es pas allée de main morte Princesse ! Je te rappelle que lorsque tu me donnes une baffe, tu dois faire semblant.
Manon rougit.
-Je suis désolée Piccolo…mais tu n’arrêtais pas de me reprocher de ralentir à la fin de mon geste alors… je n’ai pas ralenti.
-Tu as une sacrée frappe en tout cas. La vache ! Lorsque tu maîtriseras ton geste un peu mieux, les gens ne devraient y voir que du feu.
-Tu… tu veux un peu d’eau sur ta joue ?
Piccolo sourit.
-Inutile, va… Y’a pas mort d’homme. Mais on pourrait faire une pause, qu’est-ce que tu en dis ?

Manon gardait le visage fermé. Elle avait giflé son meilleur ami Piccolo et ne se sentait pas très bien. Comment avait-elle pu se lâcher à ce point ?
Piccolo perçut son désarroi et se baissa à sa hauteur.
-Ne te décourage pas. Etre clown est l’un des plus durs apprentissages. Mais ne sois pas trop pressée. Tu as commencé il y a seulement quelques jours. Et oublie cette gifle. Elle fait partie du métier qui rentre, c’est aussi simple que ça !
Manon fit la moue.
-Je pensais quand même que ce serait plus drôle que ça Piccolo.
-Il faut que ce soit drôle pour les gens. Ce sont les rires du public qui nous récompenseront de tout ce travail. Parce que, être clown, c’est un vrai travail Princesse… et tu passeras certainement par des moments difficiles. Mais ça en vaut largement la peine si les gens sont contents, non ?

Manon ne répondit pas. Piccolo sut alors qu’il n’en tirerait rien de plus pour aujourd’hui.
-On va arrêter là, tu veux bien ? Tu as besoin de te reposer. D’autant que demain, tu as un cours du soir avec ta maîtresse. On se revoit dans deux jours d’accord ?
Manon acquiesça, toujours penaude. Piccolo aurait bien voulu la consoler mais il se retint. Le cirque était un long et douloureux apprentissage et elle apprendrait vite à faire abstraction de ces petits détails sans importance. Le vieil homme sourit intérieurement en repensant à la gifle. Il se dit qu’il allait devoir composer avec la sensibilité exacerbée de sa jeune protégée et que parfois, les choses ne seraient sans doute pas simples. Mais pour le reste, il la trouvait douée et travailleuse, avec toujours cette lumière dans les yeux lorsqu’elle l’écoutait parler qui témoignait de son intérêt et de son envie toujours croissante de progresser.

Manon sortit et Piccolo referma la porte du hangar derrière elle. Dès qu’elle fut dehors, elle pressa le pas en direction de sa maison tandis que Piccolo rejoignit le bar.

Elle arriva chez elle l’air maussade, ce qui n’échappa pas à Eddy et à Blanche. Ils se regardèrent un instant mais étaient tous deux bien décidés à ne pas poser de questions. Même Martin qui ne ratait jamais une occasion de provoquer sa sœur et de prendre une raclée par la même occasion replongea son nez dans ses livres d’histoire lorsque le regard noir de sa sœur croisa le sien. Elle sortit ses propres ouvrages et son cahier de textes qu’elle tendit à sa mère pour qu’elle vérifie ses devoirs du soir. Tout ça sans dire un mot bien évidemment.
Blanche sourit. Manon se montrait digne de leur confiance. Les devoirs étaient soignés et cela s’en ressentait sur ses notes à l’école. Bien sûr ce n’était que le début mais tout cela était très encourageant.
-C’est parfait, ma puce. Dis moi, tu crois que je vais réussir à avoir un sourire avant la fin de cette journée ?
Manon esquissa un sourire maladroit mais le cœur n’y était pas. Elle soupira, comme pour s’en excuser puis détourna son regard de celui de sa mère. Eddy jugea sans doute qu’il valait mieux ne pas insister et invita tout le monde à se mettre à table, histoire de passer à autre chose.

Au fil du repas, Manon se détendit quelque peu. L’après-midi chargé lui avait malgré tout donné faim et elle mangea avec appétit. Le repas terminé, elle demanda à son père la permission de sortir regarder les étoiles plutôt que de jouer dans sa chambre avec son frère.
Une fois dehors, elle escalada la petite butte devant la maison et s’allongea dans l’herbe fraîche. Le ciel était effectivement très clair ce soir et elle se dit que Piccolo était peut-être en train d’observer, comme elle, les milliers d’étoiles qui semblaient envelopper la maisonnée.
Elle sourit en y pensant. Intérieurement, elle souhaita une bonne nuit à son ami Piccolo puis, avant qu’elle ait pu s’en rendre compte sombra dans un sommeil aussi lourd que réparateur, le visage baigné par une brise discrète..

Chapitre 6

Piccolo eut beaucoup de plaisir à voir passer Manon le lendemain matin. Toute souriante, elle lui envoya un baiser de la main avant de se diriger, le pas léger, vers l’école. Il savait qu’il ne la verrait plus aujourd’hui, mais son sourire suffirait à illuminer sa journée.

Le téléphone sonna. C’était Paulo, un ami du village voisin.
-Ho, Piccolo ! Ca y est, j’ai tes bestioles… alors si tu pouvais te dépêcher de venir m’en débarrasser, ce serait sympa.
-Ecoute Paulo, tu sais bien que ma vieille guimbarde n’est plus de première jeunesse et que tu as le temps de venir dix fois avant que je ne parvienne à la faire démarrer. Alors, amène tes fesses ici à l’heure de l’apéro et on partagera ma bonne omelette aux cèpes, d’accord ?
-Ben, si tu me prends par les sentiments, je veux bien me laisser tenter… Heureusement que tes bêtes sont dans des cages parce que moi, je n’y touche pas ! Pouah ! Bon, à tout’ Piccolo !
-C’est ça… et n’oublie pas de tenir ta langue ! Personne n’a besoin de savoir pour qui et pourquoi tu fais cette livraison. Gare ton fourgon derrière la maison, devant le hangar ! Allez, salut !

Piccolo raccrocha. Il se sentait tout excité. Piccolo le clown allait revenir et éblouir les enfants comme il savait si bien le faire. Et Manon l’y aiderait. Et comme rien n’est trop beau pour les enfants, il proposerait un spectacle varié et haut en couleurs : clowneries, jonglage, équilibrisme, dressage…
Le vieil homme sentit les larmes lui monter aux yeux. Il allait enfin pouvoir cesser de raconter ses belles histoires. Les gens pourraient voir de leurs propres yeux toute la beauté du cirque. Il était bien décidé à enseigner à Manon tout ce qu’il savait. C’était un tel plaisir de lui expliquer les choses. Elle était tellement… émerveillée, à l’écoute. Piccolo ne doutait pas un instant du talent de sa petite protégée.

Mais le chemin était encore long et en attendant les factures s’accumulaient. Le bar ne lui rapportait guère, même si l’été venant lui permettrait sans doute de remplir un peu les caisses.
Lui et Manon avaient planifié leur première représentation pour l’été de l’année suivante. Soit une quinzaine de mois pour être parfaitement rodé. Ca semblait beaucoup mais c’était peu. Vraiment peu. Et Manon ne pourrait l’assister qu’en soirée. Il faudrait donc mettre les bouchées doubles pendant les vacances.

En attendant, il avait une matinée à perdre qu’il mit à profit en rafistolant puis en peignant d’un rouge vif de vieilles chaises. Elles seraient parfaites pour les numéros d’équilibriste de Manon vu que lui ne pouvait plus trop se permettre ce genre de fantaisies. Il les amena ensuite dans l’immense hangar. Hormis les chaises et le chapiteau, il y avait les costumes de clown et les accessoires, des barres de gymnastique flambant neuves, des balles et des ballons en veux-tu en voilà, un trapèze et un filet roulé en boule sur le sol. Et tout au fond du hangar, deux vieux gradins dont la stabilité laissait probablement à désirer. Mais les choses prenaient tournure. Lentement mais sûrement.

Un bruit de klaxon terriblement disgracieux le fit sursauter. Avec tout ça, la matinée s’était écoulée sans que Piccolo ne voit le temps passer. Il sortit du hangar et aperçut Paulo, toutes dents dehors, venir vers lui les bras grands ouverts.
-Alors, mon vieux Piccolo, t’as pas encore sorti les bouteilles ?
Paulo éclata d’un rire franc et sonore avant même que Piccolo n’ait pu répondre.
-Laisse ça pour l’instant, va ! Aide moi plutôt à débarrasser mon camion de tes bestioles.
Piccolo sourit et se dirigea vers l’arrière de la fourgonnette.

A l’intérieur, il y avait deux petites cages et deux caisses, l’une de taille moyenne, l’autre carrément énorme. Piccolo prit les cages sur ses épaules tandis que Paulo s’empara de la caisse moyenne. Ils les déposèrent délicatement dans la grange. La grosse caisse paraissait  plus problématique d’autant que l’animal qui s’y trouvait semblait passablement nerveux. Elle oscillait même parfois dangereusement et de curieux sons étouffés s’en échappaient.
Piccolo et Paulo saisirent chacun l’un et l’autre côté de la caisse et eurent toutes les peines du monde à maintenir leur prise jusqu’au hangar. Lorsqu’ils y arrivèrent enfin, Paulo sortit un mouchoir en tissu qui n’était plus apparemment de première jeunesse et s’en servit pour éponger son front chargé de grosses gouttes de sueur.
-Bon ! On le boit cet apéro ? souffla Paulo.
-Attends ! On ne peut pas laisser ces bêtes là-dedans. Viens m’aider !
Paulo recula.
-Ah non ! Moi, je t’ai dégotté ta ménagerie et j’ai fait la livraison. Mais tu ne me feras toucher à aucune de tes bestioles, tu entends ?
Piccolo soupira.
-Sois chic, enfin ! Tu vois bien que je ne peux pas y arriver tout seul !
-N’insiste pas, c’est non je te dis ! Cochon qui s’en dédit ! Non, non et non !
-Juste la grosse caisse ! C’est tout simple et sans danger. J’ouvre la partie du haut, je mets un lasso au cou de l’animal, j’accroche l’autre extrémité de la corde au piquet que tu vois là-bas et ensuite, tu n’as plus qu’à casser les autres parois de la caisse. Ca ne me paraît pas sorcier, non ?
Paulo était sceptique. Mais il avait soif. Et faim rien qu’à la pensée de la délicieuse omelette aux cèpes de son ami Piccolo dans son assiette. Alors, il s’avança en bougonnant.
-Allez, qu’on en finisse et qu’on aille boire et manger. C’est quoi comme animal ?
-On appelle ça un lama et ça vient d’Amérique du Sud. Il paraît que c’est susceptible comme pas deux et que ça a un sale caractère. Je continue ?
-Euh… non, ça ira. Et puis moins j’en saurai, mieux je me porterai. Passe moi la hache.

Les choses se passèrent sans problème, le plus difficile fut finalement de parvenir à mettre la corde autour du cou de l’animal. Ensuite Paulo explosa la caisse puis recula précipitamment. Le lama se rua hors de la caisse et fit mine de charger mais la corde le maintenait fermement. Il martela furieusement le sol et courut tout autour du piquet. Le manège dura un certain temps puis l’animal finit par se fatiguer. Il s’immobilisa alors, sans quitter des yeux ses deux bourreaux.
-Voilà une bonne chose de faite, dit Piccolo. Je vais maintenant te montrer ce qu’il y a dans les deux cages. Il suffit juste de retirer le linge qu’ils ont posé dessus.
A l’intérieur de chacune d’entre elles, il y avait une touffe de poil avec une longue queue. Paulo poussa un cri.
-Des rats ! Tu m’as fait transporter des rats ! Sales bêtes ! Passe moi la hache !
-Ce ne sont pas des rats, répondit calmement Piccolo en souriant, on appelle ça des furets. Il paraît que ça se dresse très facilement et qu’on peut leur faire faire toutes sortes de tours. Et ça plait beaucoup aux enfants ! Je suis sûr que Manon va adorer !
-Bon, je ne veux même plus chercher à comprendre, finissons-en ! J’ai faim et j’ai soif !
Paulo se dirigea vers la dernière caisse, la moyenne, la hache à la main.
-J’ai survécu à un lama déchaîné, ce n’est pas une bestiole de plus qui va m’intimider.
Piccolo ouvrit la bouche pour protester mais il était trop tard. Le bois vola en éclat lorsque la hache s’abattit sur la caisse.

Le sourire de Paulo se figea instantanément. Il eut juste le temps de voir les sabots du bouquetin racler le sol avant que ses puissantes cornes ne l’expédient dans les airs dans un nuage de poussière.

Chapitre 7

-Alors ? Ose dire qu’elle n’est pas bonne mon omelette aux cèpes !
Paulo grommela quelque chose comme « saleté de bestiole » et se resservit du vin.
-Tu vas pas faire la tête jusqu’en calendes grecques, si ?
-Je fais la tête si je veux ! C’est tout juste si j’arrive encore à m’asseoir !
Piccolo ne put s’empêcher de rire. Paulo, l’œil noir, vida son verre aussi vite qu’il l’avait rempli.
-Bon, je reconnais que ce n’est pas drôle et sans doute un peu douloureux mais…
-Un peu douloureux ? Un peu douloureux ? Non mais, écoutez le ! Ca fait très mal, oui ! Ce satané bouc a du revenir à la charge une dizaine de fois !
Le vieux clown sourit intérieurement. Le bouquetin avait chargé deux fois seulement, le temps pour Piccolo d’attraper une fourche et de faire reculer l’animal.
-Pense à Manon et au plaisir que tu vas lui faire ! Quand elle rentrera de l’école demain, elle va sauter de joie en découvrant ses nouveaux amis !
-Tu t’occupes trop de cette gamine Piccolo, dit Paulo en finissant son assiette. Tu veux faire d’elle une artiste de cirque accomplie. Mais elle ? En a t-elle vraiment envie ou est-ce juste parce que ça lui permet ainsi de rester avec toi ?
Paulo reprit un verre de vin qu’il vida aussitôt et se leva.
-Le cirque, c’est de l’histoire ancienne Piccolo. Tu as passé l’âge. Et c’est un métier qui n’a plus d’avenir. Ecoute moi : tu ne lui rends pas service, à la petite ! Et en plus, tu es en train de t’endetter avec tes animaux de foire. Je te donne juste un conseil : laisse tomber ! Manon est jeune, innocente et un rien l’émerveille. Et je sais que tu l’aimes beaucoup et que ta démarche part d’un bon sentiment. Mais crois-moi : tu vas droit dans le mur, et elle avec.
Paulo prit sa veste et se dirigea vers la porte de derrière.
-Bon, faut vraiment que j’y aille. Jeanne va s’inquiéter. Mais pense à ce que je t’ai dit. Le cirque de maintenant n’apportera rien de bon, que ce soit pour toi ou Manon. Tu es clown dans l’âme Piccolo… mais le temps où tu étais artiste de cirque est révolu… Tu devrais tourner la page. Et puis Manon t’aime énormément, elle comprendra et ne t’en aimera pas moins si tu trouves les mots pour lui expliquer. Ne la laisse pas croire que clown est un métier d’avenir. Tu sais que ce n’est plus vrai. Allez, à plus !
Paulo sauta dans sa camionnette et démarra en trombe laissant derrière lui un Piccolo hébété.

Les mots de Paulo le hantèrent toute la fin de la journée et une bonne partie de la nuit. Il comprenait ce que son ami voulait dire et pourtant il ne voulait pas se résoudre à tout laisser tomber. Et puis, lui et Manon ne faisaient rien de mal et la petite avait une telle soif d’apprendre… Elle était si douée. Et ce spectacle qu’ils avaient projeté de monter ensemble ? Allait-il y renoncer à cause de l’avis de quelqu’un qui n’y connaissait rien ? Non. Piccolo était ébranlé mais était bien décidé à aller jusqu’au bout de son rêve. Manon avait tout le temps de voir ce qu’elle voudrait faire plus tard. En attendant, ils allaient cravacher et travailler dur pour proposer un spectacle de haute tenue.
Piccolo s’endormit enfin avec ses certitudes. Mais lorsqu’il se réveilla, il eut l’impression que nombre d’entre elles avaient disparu.

Manon lui fit un signe de la main en se rendant à l’école. Piccolo le lui rendit mais le cœur n’y était pas. La fillette dut s’apercevoir que quelque chose n’allait pas car elle marqua un temps d’arrêt et sembla scruter son visage de ses yeux perçants. Elle entendit alors sonner la cloche et se dit qu’une fois encore, elle allait être en retard à l’école. Elle soupira, sourit à Piccolo d’un air désolé puis hâta le pas dans la direction opposée.

Chapitre 8

La journée n’avait pas dissipé les doutes de Piccolo, bien au contraire. Il était resté une bonne partie de l’après-midi, seul, à grommeler derrière son comptoir. Les mots de son ami Paulo allaient et venaient sans arrêt dans sa pauvre tête. Manon allait arriver mais, pour la première fois, il n’était pas enthousiaste à l’idée de la retrouver. Pour peu qu’elle ait des devoirs de français et ce serait le bouquet, pensa t-il en esquissant un pâle sourire.
Il avait mis sa matinée à profit pour aménager des enclos dans son jardin, à l’arrière du bar, pour le bouquetin et le lama. Quant aux furets, Piccolo avait pour le moment déposé les cages derrière le comptoir.

Il ne pouvait s’empêcher de penser que ça ferait bien ses affaires si Manon pouvait avoir un cours de soutien ce soir. Il jeta un œil sur le calendrier et soupira. Il devait absolument réussir à faire abstraction des propos tenus la veille par Paulo. C’est vrai, ça : de quoi se mêlait-il ? Qui lui avait demandé son avis d’abord ? Piccolo fronça les sourcil et essuya un verre avec tant de vigueur qu’il se brisa. La main de Piccolo se mit à saigner, malgré le torchon. Il pesta entre ses dents et c’est précisément le moment que choisit Manon pour faire son entrée.
Piccolo disparut précipitamment dans la cuisine, le torchon enveloppant sa main ensanglantée.
-J’arrive, Princesse ! Pose tes affaires, le goûter arrive !
Il se lava abondamment la main au robinet, mit un peu d’eau oxygénée sur la plaie puis enroula de la gaze autour de sa paume droite. Il sortit de la pièce tout sourire, pensant pouvoir donner le change, mais comme de bien entendu, c’est sa main bandée qui attira tout de suite le regard de la fillette.
-Ce n’est rien du tout, anticipa Piccolo tandis que Manon fronçait les sourcils. Une petite maladresse, rien de plus. Allez, assied-toi. Tu dois avoir des devoirs et ensuite, si tu es sage, j’aurai quelque chose à te montrer.

La part de tarte aux myrtilles parut fade à Manon. Elle n’avait pas oublié le regard un peu vide de son ami ce matin, lorsqu’elle l’avait salué en se rendant à l’école. Et maintenant, ce bandage. Et puis, il y avait autre chose, qu’elle n’aurait pas su définir. Une distance, peut-être… Piccolo était plus silencieux que d’ordinaire. Souriant mais silencieux.
Elle but son verre de sirop de cassis qui lui sembla aussi manquer de saveur puis elle sortit ses affaires de classe. Elle ne souhaitait pas poser de question. Après tout, peut-être se faisait-elle simplement des idées. Son vieil ami pouvait tout aussi bien être simplement fatigué.
Piccolo scruta le visage de la jeune fille. Elle essayait de ne rien laisser paraître mais il voyait bien qu’elle était contrariée. D’ailleurs, elle n’avait pas témoigné d’intérêt particulier lorsqu’il avait dit avoir quelque chose à lui montrer. En temps normal, elle aurait été intenable.

Alors il prit sa main dans la sienne et lui sourit. Manon redressa la tête et offrit un sourire radieux à son ami Piccolo. L’instant n’avait rien de particulier, un sourire parmi tant d’autres échangés et pourtant Manon sentit les larmes lui monter aux yeux sans qu’elle puisse contrôler quoi que ce soit. Elle se leva et éclata en sanglot sur l’épaule du vieil homme. Il restèrent comme cela un petit moment, sans rien dire. Piccolo pensa que, décidément, cette gamine n’était pas comme les autres. Il se demanda même s’il ne serait pas plus simple de lui parler de son entretien de la veille avec Paulo, en toute honnêteté. Après tout, Manon et lui étaient de vrais amis et cette relation était pour beaucoup basée sur une confiance mutuelle.
Mais une partie de lui se disait que finalement, tout ça n’était pas bien important. Et puis, c’était tout de même une discussion d’adulte et Manon restait une enfant. Mature et apte à comprendre plein de choses, mais une enfant quand même.

Lorsque Manon, les yeux rougis mais toujours souriante, retourna s’asseoir, Piccolo se sentit le cœur infiniment plus léger. Ils allaient continuer, travailler de plus belle. Peu importe le temps que ça durerait. Peu importe aussi qu’elle en fasse ou non son métier. Seul le moment présent comptait. Faire simplement un bout de chemin à deux.
Manon aussi se sentait mieux. D’ailleurs, elle demanda une autre part de tarte, et cette fois, jamais les myrtilles ne lui avaient semblé aussi bonnes. Même les devoirs de français
dictée et conjugaison, lui semblèrent agréables. Et lorsqu’elle eut fini, elle lança à Piccolo un regard plein de malice.

-Alors c’est quoi la surprise que tu voulais me montrer ?

Chapitre 9

Tu vas me rapporter ces deux bestioles immédiatement !

Manon fronça les sourcils, serrant un peu plus les deux furets contre elle. Eddy avait articulé chacun de ses mots, particulièrement le dernier, ce qui, en principe, ne laissait aucune place au dialogue. Voyant le visage virant au rouge de son père, Manon jeta un regard vers sa mère mais Blanche évita de croiser le sien, mi-amusée, mi-embarrassée. Martin semblait intéressé par les deux furets, mais n’était pas fâché non plus de voir sa sœur dans cette situation, comme en témoignait le rictus mauvais qu’il affichait bêtement.

Il y en avait un par contre qui ne perdait pas une miette du spectacle, c’était le chat Neptune qui agitait nerveusement la queue, visiblement prêt à bondir à la moindre occasion et à ne faire qu’une bouchée des deux furets.
-N’y pense même pas, toi, siffla Manon en lui jetant un regard noir. Le chat émit une sorte de miaulement plaintif mais ne bougea pas, ses prunelles toujours fixées sur ses proies potentielles.
-Mais papa, supplia Manon, c’est pour le cirque… C’est un cadeau de Piccolo… Tu sais qu’il a un bouquetin et un lama depuis hier ?
La fillette tentait maladroitement de mettre son père dans sa poche. Autant dire que la partie était loin d’être gagnée.
-Piccolo par ci, Piccolo par là, ça commence à suffire jeune fille ! Nous avons consenti à certains efforts à la condition que tes notes remontent, et je dois bien reconnaître que ça se passe plutôt bien jusqu’à présent. Mais faudrait voir à ne pas pousser !

Eddy avait levé la voix en prononçant la dernière phrase. La discussion pouvait sembler close mais Manon était bien décidée à tenter crânement sa chance. Elle fixa son père qui ne décolérait pas puis se tourna subitement vers Blanche.
-Maman, je demande à ce qu’il y ait un vote.
-Quoi ? s’étrangla Eddy. Un vote ? Non mais dites mois que je rêve ! Il n’y a rien à voter. C’est non, point final. Non mais, qui commande dans cette maison ? Je ne veux pas de ces deux animaux qu’il faut nourrir et qui ne manqueront pas de faire des dégâts dès qu’ils seront hors de leur cage. On a déjà un chat alors ça suffit. Manon, va ramener tes deux bestioles et tout de suite.

Manon sentait qu’elle était au bord de la rupture et que les larmes n’étaient pas loin. Mais elle n’était pas du genre, contrairement à son frère, à pleurnicher pour obtenir ce qu’elle désirait. Elle ne quitta pas son père du regard, tout en s’adressant à sa mère :
-Maman, on a toujours fait comme ça entre nous. Nous avons toujours discuté des problèmes ensemble, avec un vote pour que tout le monde puisse exprimer son point de vue. Quand on crée des règles, on ne peut pas s’y tenir un jour et y renoncer le lendemain.
Eddy, écarlate, était éberlué par le toupet de sa fille, tout en ne sachant pas que répondre. Blanche avait pris subitement quelques couleurs et hésitait sur la marche à suivre. Sa fille n’avait pas totalement tort.
-Ecoute, chéri… faisons un vote, si elle y tient… Après tout, c’est une décision importante pour elle.
Eddy eut un rire mauvais.
-Le jour où j’ai instauré ce système, j’aurais mieux fait de rester couché. Mais puisque vous semblez tous d’accord, eh bien, passons au vote. Pour ce que ça changera, de toute façon, rajouta t-il à l’attention de Manon, ce qui eut pour effet de lui faire serrer les deux furets un peu plus contre sa poitrine.

Un peu trop visiblement. L’un des furets couina et mordit Manon à la main pour se libérer. La fillette cria, desserrant son étreinte. Les deux petites bêtes sautèrent alors à terre tandis que Neptune laissait échapper un feulement en se lançant à leur poursuite.
Heureusement, la porte d’entrée était fermée. Les furets ne risqueraient donc pas de s’échapper. Pour le reste, c’était une vraie bérézina ! Les furets grimpèrent sur le buffet, le canapé, la table, courant de pièce en pièce, se dissimulant sous des meubles avant d’en sortir tout aussi rapidement, toujours suivis par Neptune, lui même coursé par Manon.
-Saleté de chat, si tu les touches, je te tue, hurla la fillette qui ne sentait même pas la douleur de sa main meurtrie.
Mais Neptune n’en avait cure. Il continuait sa poursuite, sautant, courant, feulant, toutes griffes dehors. Il n’était d’ailleurs pas loin de les attraper lorsqu’il se sentit soulevé de terre par une main puissante.
-Toi, tu vas me faire le plaisir d’aller voir dehors si j’y suis !
Le chat tenta de se débattre, faisant de grands moulinets avec ses pattes et crachant copieusement mais Eddy avait une poigne solide. Il s’assura que les furets ne soient pas à proximité puis il ouvrit la fenêtre et balança le chat dehors. Il entendit un « Miaoooowwwwww » de protestation lorsqu’il la referma.
-Voilà une bonne chose de faite. Manon, habille toi, maman va t’emmener chez le docteur… Ah bravo, on s’en rappellera du cadeau de Piccolo ! Allez, file !

Manon était toute penaude et, à présent que la pression était retombée, sa main la faisait souffrir. Heureusement que ses vaccinations étaient à jour. Elle regarda sa mère, l’air inquiet, en pensant aux deux furets planqués quelque part dans la maison.
-Il n’y a rien à faire pour l’instant Manon. Ils doivent se calmer. Ton père essaiera de les retrouver un peu plus tard et de les remettre dans leur cage respective. Mets ton manteau, le docteur doit encore être à son cabinet.
Manon obtempéra et regarda son père. Celui-ci avait la mine des mauvais jours. La fillette se dit alors que le vote était loin d’être gagné. Elle se demandait même s’il aurait lieu. Surtout lorsqu’elle vit une dernière fois le visage fermé de son père, avant de franchir puis de refermer la porte de la maison.

Chapitre 10

-Martin, viens ici tout de suite ! pesta Manon

-Maman, maman, dis lui d’arrêter, pleurnicha Martin en se réfugiant dans les bras de sa mère. Elle a recommencé !
-Manon, tu exagères, dit Blanche en tentant de prendre un air réprobateur forcé. Martin n’est pas un nom pour un animal. Alors tu vas me faire le plaisir d’en trouver un autre pour ton furet.
-Je trouvais pourtant que ça lui allait bien, rigola Manon pleine de malice, tout en attrapant le furet et en le remettant dans sa cage. Il est comme toi pleurnichard… un peu pataud sur les bords et boudeur dès qu’on lève la voix sur lui.
-Maman, maman, elle continue ! gémit Martin de plus belle, dont les larmes de crocodile n’abusaient personne. Pas sa mère, ni sa sœur en tout cas.
La porte d’entrée claqua. Blanche s’agenouilla et regarda ses deux enfants tour à tour, droit dans les yeux.
-C’est papa qui rentre du travail. Alors je ne veux pas de dispute. Et hors de question que les furets quittent leur cage tant que ton père est dans les parages. C’est bien compris Manon ?
Martin commença à ouvrir la bouche mais Blanche posa un regard sévère sur lui.
-Et toi, je te préviens que je n’aime pas les rapporteurs, tu m’as bien comprise ? Sinon, je te promets qu’il y aura bien deux Martin dans cette maison !
L’enfant acquiesça de mauvaise grâce, une moue de dépit sur le visage. Blanche sortit de la chambre des enfants et referma la porte.

Manon et Martin s’assirent sur leur lit respectif. Tous deux regardaient les deux cages posées au milieu de la chambre, sur la moquette.
-Tu vas pas faire la tête toute la journée, si ? C’est pas possible de chialer pour un rien comme un bébé !
Martin renifla
-T’es une vilaine sœur, et j’vais le dire à maman si tu continues !
Manon soupira
-Oh la la ! Tu le connais ton problème ? T’es trop rigolo, voilà ! J’ai un frère trop rigolo ! Qu’est ce qu’il est rigolo mon petit frère !
La fillette regarda la mine mi-agacée, mi-ahurie de son frère et éclata de rire
-Allez frérot, fais risette ! Et aide moi plutôt à leur trouver un nom… un vrai ! De vrais noms de scène, hein, parce que bientôt, mes furets seront les vedettes du spectacle de mon ami Piccolo.
Manon se leva et ferma la porte de leur chambre à clé. Puis elle ouvrit les deux cages et recula.
-Tu es folle, dit Martin. Ils vont peut-être se bouffer entre eux.
-Ne dis pas d’âneries… Ils étaient déjà ensemble lorsque papa les a retrouvé hier soir sous le vaisselier, après que Neptune les ait chassés dans toute la maison. D’accord, ils n’en menaient pas large mais je pense qu’ils peuvent bien s’entendre. Il le faudra de toute façon pour les numéros qu’ils feront ensemble.
-Ils sont peut-être de la même famille, tu ne crois pas ?
Manon regarda son frère, un peu surprise comme à chaque fois qu’il tenait des propos intelligents.
-Oui, pourquoi pas ? Il faudra que je demande à Piccolo s’il sait quelque chose là-dessus.

Le furet « Martin », d’un brun sombre, observait ce qui se passait autour de lui, visiblement conscient que la cage était ouverte mais pas forcément désireux de mettre le nez dehors. Peut-être avait-il encore en mémoire sa course d’hier… En revanche, le second furet, brun clair avec une belle tâche blanche, semblait moins farouche. Il sortit de sa cage, aperçut le second furet, le regarda quelques instants puis observa les deux enfants. Il se dirigea vers la main que lui tendait Manon, hésita quelques instants, puis s’y blottit à l’intérieur. La fillette avait le regard brillant, toute émue de voir son nouvel ami. Elle porta la main à hauteur de son épaule et le furet y sauta gaiement. Il resta là, reniflant sa nouvelle maîtresse.
-Il faut que je lui trouve un nom maintenant… J’ai pas d’idée, soupira Manon en regardant son frère.

Mais Martin ne la regardait pas. Il fixait la seconde cage avec l’animal toujours à l’intérieur. Il s’approcha doucement, entra l’avant-bras dans la cage et présenta la paume de sa main au furet. Celui-ci hésita, regardant tour à tour le garçonnet et Manon puis grimpa finalement au creux de sa main. Martin eut alors un grand sourire sur le visage et regarda sa sœur, tout content.
Il a retrouvé son air ahuri, pensa Manon, mais elle était contente pour lui. Sincèrement contente.
-Je te propose une chose Martin. Nous allons leur apprendre des tours ensemble, tu veux ? Et comme ils semblent nous avoir adoptés, nous allons chacun trouver le prénom que l’on veut pour notre furet, d’accord ?
Le visage de Martin était lumineux. Il adorait sa sœur dans ces rares instants de franche complicité. Il s’assit à côté d’elle et bientôt les deux furets sautèrent allègrement d’une épaule à l’autre, provoquant les éclats de rire des deux enfants.


Eddy faisait grise mine. Il s’était affalé sur la première chaise venue. Ses traits étaient tirés. Blanche pensa tout d’abord que la journée avait du être sacrément éprouvante. Mais elle se rendit vite compte qu’il y avait autre chose.
-Eddy ? Qu’y a t-il ? Tu m’en veux encore d’avoir voté contre toi au souper d’hier et d’avoir ainsi permis à Manon de garder les deux furets ? Tu sais bien qu’elle s’est engagée à les laisser dans sa chambre et…
-Non ma chérie, soupira Eddy, le regard semblant fixer le vide. Manon et ses animaux de cirque n’y sont pour rien. C’est… c’est le boulot…
Blanche tressaillit. Elle savait que les temps étaient durs depuis plusieurs mois déjà, et que certains de ses collègues avaient été licenciés. Eddy dut sentir que sa femme paniquait et prit ses deux mains entre les siennes.
-Non, ne t’inquiète pas. Je n’ai pas été viré. J’ai la chance d’être chef d’équipe et ils n’ont aucune envie de me voir quitter la boite. Seulement…
-Seulement quoi, Eddy ? insista Blanche en plongeant son regard dans celui de son mari. Dis-le moi !
Eddy prit une profonde inspiration. Il semblait vraiment au bout du rouleau et les larmes n’étaient pas loin.

-Il va nous falloir déménager. J’ai été muté.

Chapitre 11

-Vous voulez que ce soit moi qui le lui annonce ? demanda Piccolo, tout en resservant Eddy de vin de noix. Aujourd’hui, elle a son cours de soutien mais je la vois demain soir.
Le vieil homme et Eddy avaient l’air de deux chiens battus, tout deux assis à une table à l’intérieur du bar.
-Non, c’est gentil mais c’est à sa mère et à moi de lui annoncer la nouvelle. Manon va sûrement très mal réagir quand elle saura que nous partons à la fin du mois. Elle avait tellement mis de temps pour s’adapter ici. Et puis elle vous avait rencontré, elle avait retrouvé l’envie, le goût des choses. Et était même en passe de combler ses lacunes scolaires. J’ai peur que le choc soit trop rude pour elle. Elle s’est fait son petit monde, sa petite vie autour de vous, de ses amis, du spectacle que vous deviez monter ensemble. Et tout va s’écrouler en quelques instants.
Eddy vida son verre d’une traite. Piccolo le resservit toujours silencieux.
-Le pire dans tout ça, c’est qu’il va nous falloir déménager, tenter de se réadapter ailleurs, dans une grande ville en plus, en Lorraine où il paraît que c’est mort… Manon et Martin vont devoir changer d’école, se faire de nouveaux copains. Et tout ça pour quoi ? Faut pas se voiler la face. Ca commence par des mutations imposées et on sait comment ça finit. Les sites ferment un à un et on se retrouve viré comme un malpropre. Finalement, c’est ça le pire : partir sans savoir de quoi demain sera fait.
Eddy descendit son verre aussi rapidement que le précédent puis se leva.
-Il vaut mieux que je m’en aille. Boire n’a jamais résolu les problèmes. Merci encore Piccolo. Pour tout. Vous êtes ce qui est arrivé de mieux à ma petite Manon.
Il tapota sur l’épaule du vieil homme et sortit précipitamment. Piccolo resta seul, assis à la table, enchaînant sans s’en apercevoir les verres les uns après les autres, noyé sous des larmes qu’il ne pouvait plus contenir.

Manon était écarlate et avait les poings serrés. Elle s’était levée d’un bond tandis que son père et sa mère tentaient de la raisonner. Martin ne comprenait pas tout mais était inquiet de la fureur de sa sœur. Neptune avait précipitamment quitté la pièce.
-Il n’est pas question que l’on parte d’ici ! Jamais, hurla t-elle. Jamais, jamais !
A peine Eddy eut-il giflé sa fille qu’il le regretta. Une gifle âpre, sèche. Manon mit la main à sa joue, surprise, mais ne tarda pas à reprendre ses esprits.
-Je ne partirai pas, vous entendez ! Je vais rester ici, avec mon ami Piccolo et…
La voix de Manon s’étrangla subitement et elle ne put finir sa phrase. Le simple fait d’avoir pensé à son ami le vieux clown fut au dessus de ses forces. Elle s’écroula en larmes dans les bras de sa mère.
-Ecoute ma puce, dit Blanche en prenant les joues de sa fille entre ses deux mains. On comprend tout ça et nous aussi nous souhaiterions rester. Mais ce n’est pas possible. Papa n’a plus de travail ici. Je ne dis pas que c’est juste mais que c’est comme ça. Il n’y a pas le choix. Nous devons partir, quoi qu’il puisse nous en coûter pour chacun d’entre nous.
-Et Piccolo ?, renifla la fillette, je ne peux pas quitter Piccolo… Je suis sa princesse, tu sais, je suis sa princesse !
Blanche avait mal de voir sa fille ébranlée à ce point, pleurant le visage enfoui contre sa poitrine.
-Piccolo est ton ami et ça, ça ne changera jamais. Vous pourrez vous écrire ou même vous téléphoner parfois. Mais tu es une grande personne et je ne veux pas te mentir. Nous nous en allons très loin et je ne pense pas que tu le reverras. D’autant que Piccolo est un vieux monsieur à présent et qu’il ne sera pas possible pour lui de venir nous voir.

Manon renifla de plus belle. Mais sa colère était tombée et elle se sentait lasse. Une immense tristesse l’avait envahie. Elle n’avait jamais envisagé devoir se séparer un jour de son vieil ami Piccolo le clown. Elle se mit à penser aux projets qu’ils avaient ensemble, aux sacrifices qu’il avait faits pour acheter les animaux du futur cirque qui ne verrait jamais le jour. Elle le revoyait surtout en train de lui raconter ses belles histoires, souvent à la lueur des étoiles.
-Ecoute moi Manon, il te reste une dizaine de jours. C’est peu mais c’est beaucoup en même temps. Profite de ton ami Piccolo. Essaie de ne pas penser au départ mais seulement au temps que tu vas passer avec lui. Ce n’est pas facile mais essaie. Sinon, c’est là que tu auras des regrets. Et demain vendredi, ce sera votre dernier jour d’école. J’ai demandé à la maîtresse la permission de vous avoir avec moi la semaine prochaine pour m’aider à préparer les cartons. --Mais ne t’inquiète pas, tu auras beaucoup de temps pour aller voir ton ami Piccolo. Martin m’aidera, ce sera un peu le chef de la famille, rajouta Blanche en levant la voix et en faisant un clin d’œil à sa fille.

Martin hocha la tête, son grand sourire un peu niais sur la figure, et bomba le torse de fierté, ce qui fit sourire Manon qui se sentait un petit peu mieux.
-Excuse moi papa, je regrette d’avoir crié.
-C’est rien ma grande, répondit Eddy qui se sentait au moins aussi gêné que sa fille. C’est oublié.
-Bon, les enfants, c’est bien beau de faire son dernier jour d’école demain mais… si vous m’aidiez à préparer un gros gâteau à emporter pour le goûter avec vos camarades, qu’est ce que vous en dites ?
En poussant de grands cris enthousiastes, Manon et Martin se ruèrent vers les placards et très vite la cuisine s’emplit de traces de farine, d’odeurs de chocolat et d’éclats de rires.

Chapitre 12

La journée d’adieu à l’école fut une belle réussite. Le gâteau, finalement acheté par maman, était délicieux. Il faut dire que celui préparé en cuisine avait une allure si bizarre que toute la famille s’était sacrifiée pour le petit déjeuner. Manon et Martin avaient vraiment passé une belle journée. Manon était arrivée maussade à l’école puis s’était rappelée de la conversation de la veille avec sa mère. Il ne lui restait plus qu’une journée à partager avec ses camarades et elle devait en profiter, même si Piccolo n’était jamais bien loin dans ses pensées et qu’il lui tardait de le retrouver. Alors elle avait retrouvé le sourire, blaguant, rigolant… et pleurant même lorsque la maîtresse leur remit, à elle et à son frère, un cadeau de la part de toute la classe, ainsi qu’une grande carte musicale signée par tous. Dans le paquet, il y avait un superbe ouvrage animalier pour Martin et un non moins beau livre sur le cirque, avec plein de grandes illustrations en couleurs, pour Manon.
Un livre qu’elle serrait encore contre sa poitrine une fois l’école terminée tout en traversant le village au pas de course pour rejoindre Piccolo. Celui-ci l’attendait sur le seuil du bar et lui souriait. Un sourire franc et généreux comme il savait si bien les faire. Manon enserra son vieil ami, l’embrassa puis tous deux entrèrent dans la salle principale. Elle mangea sa traditionnelle part de tarte aux myrtilles, but ses deux verres de sirop puis resta avec Piccolo jusqu’à ce que la nuit tombe, ce qui arrivait encore assez tardivement en cette saison. Elle voulait profiter de lui, d’anciennes histoires qu’elle connaissait par cœur, de celles qui lui mettaient des étoiles dans les yeux, de quelques nouvelles aussi,. Pas un instant elle n’évoqua son prochain départ. Elle savait que son ami était au courant. Perdre du temps à en parler aurait été superflu. Elle voulait simplement être avec Piccolo, rire et rêver avec lui.
Et c’est ainsi que les quelques jours restants se passèrent. Blanche avait prêté à sa fille son appareil photo numérique et Manon prit des dizaines de clichés cette semaine là. Piccolo s’y plia de bonne grâce, revêtant même son ancien costume pour se laisser aller à quelques pitreries qui firent rire Manon aux larmes. Et puis il y eut aussi ces silences, ces non-dits, ces regards dont on peut lire comme dans un livre ouvert. Et qui disent tout.
Et pour ne pas penser à une fin que tous deux savaient inéluctable, Piccolo et Manon commencèrent même le dressage des deux furets, comme si de rien n’était. Martin avait trouvé le nom du sien le soir même où il l’avait attrapé dans sa cage : Brisby, comme le nom du héros du dernier dessin-animé qu’il ait vu en DVD. Sa sœur s’était moquée, ne trouvant pas ça très original et Martin avait fait la moue. Mais en tout cas, le furet de Manon s’appelait toujours « mon furet » et il fallait bien que ça change. C’est au cours d’une séance de dressage avec Piccolo alors qu’elle était prise d’un fou rire qu’elle trouva le nom. Chaque fois qu’elle essayait d’apprendre un tour à son petit animal, celui-ci la regardait fixement et ne bougeait plus. Et à chaque fois, hilare, Piccolo disait : « Y’a comme un bug ! ». Du coup, elle l’appela Bug, ce qui fit rire le vieux clown encore plus fort.
Bref, leurs journées se résumaient à ça : tenter de dresser Bug et Brisby, rire, parler, caresser le lama, nourrir le bouquetin, partager des parts de tarte, se déguiser, se maquiller, se raconter des histoires. Des journées bien remplies au final mais qui passaient trop vite. Et si Manon voulait montrer de l’enthousiasme en toutes circonstances en présence de son ami, les nuits de solitude étaient plus difficiles. Car les journées s’égrenaient, impitoyables, et la fillette ne pouvait s’empêcher de compter les jours. Et les cartons envahissant sa chambre comme toutes les autres pièces de la maison d’ailleurs ne cessaient de lui rappeler qu’elle et Piccolo devraient bientôt se séparer. Alors elle sanglotait doucement, le visage contre son oreiller.

Et puis le jour J arriva et il fallut bien se résoudre aux adieux. C’était un dimanche maussade et frais, aux premières lueurs du jour. La veille, les déménageurs avaient embarqué l’essentiel de ce qui pouvait l’être avec Eddy qui était redescendu tard dans la nuit. Il n’était donc pas très frais ce matin mais la route était longue et il ne voulait pas se presser. Blanche le relaierait au volant le cas échéant.
La voiture s’arrêta à hauteur du bar de Piccolo qui était déjà ouvert. A l’arrière du véhicule, on entendait Neptune gronder dans sa cage, placée juste à côté de celle de Bug et Brisby
-Va dire au revoir à ton ami, ma grande, et prends ton temps surtout ! dit Blanche à Manon dont les yeux rougis témoignaient d’une nuit et d’un sommeil passablement agités.

Elle entrouvrit la porte, faisant tinter la petite clochette. En principe, c’était le genre de détail auquel Manon ne prêtait plus attention mais là elle avait l’impression de tout capter comme une éponge : les bruits, les odeurs, les objets devant lesquels on passe sans les voir… et donc la petite clochette qu’elle avait fait tinter tant de fois.
Piccolo était là, derrière le bar, son torchon sur l’épaule. Il lui sourit mais son visage était plus marqué que d’habitude. Tous deux avaient redouté cet instant depuis tant de jours tout en sachant qu’on y viendrait tôt ou tard. Manon contourna le comptoir en courant et se blottit contre le ventre de son ami Piccolo. Elle versa des larmes silencieuses, mêlées de tristesse mais aussi de joie. Celle d’avoir connu Piccolo, d’avoir été « sa princesse », d’avoir partagé tant de bons moments qu’elle n’oublierait jamais. Elle offrit alors à Piccolo son visage baigné de larmes mais souriant, et s’aperçut que le vieil homme en faisait autant. Il la regardait avec cette infinie gentillesse dans le regard, mais ne pouvait plus dissimuler sa peine.
-Ma petite princesse, balbutia t-il, la voix brisée par l’émotion, dis-toi que je serai toujours là pour toi. Même de loin, tu entends. Ton vieux Piccolo t’aimera quoi qu’il arrive. Alors sois forte et ne garde que les bons moments, ce sont les seuls qui valent la peine d’être vécus.
Manon fixait le vieil homme. Elle était certes triste, mais heureuse. Elle pleurait tout en souriant. L’éclairage donnait à son visage un aspect lumineux, comme lorsqu’elle écoutait les histoires de Piccolo et que son visage se tapissait des lumières des étoiles.
-Je t’aime, mon Piccolo, et ça non plus, ça ne changera jamais. Jamais ! dit-elle en le serrant un peu plus fort.
Ils restèrent comme ça un moment puis Manon déposa un baiser sur la joue du vieil homme avant de sortir en courant, la clochette virevoltant une dernière fois. Piccolo resta là, entendit le bruit d’une portière que l’on claque puis celui d’un moteur qui démarre. Il écarta un rideau de la main, entrouvrit un volet et vit la voiture d’Eddy filer puis disparaître au loin. Il referma la porte à clef puis éteignit la lumière. Il s’assit à la table la plus proche, son torchon toujours sur l’épaule et resta là, dans l’obscurité. Il pensa longtemps, très longtemps à Manon avant de s’endormir. Et parce qu’il avait été si heureux en compagnie de la fillette, il souriait encore le lendemain lorsque, inquiet de voir les volets désespérément fermés à la mi-journée, Paulo découvrit son corps inanimé. Le vieil homme était parti de sa belle mort, sans souffrance et le sourire aux lèvres. Ses dernières pensées avaient été pour Manon, sa princesse. Il n’avait certes pas réalisé tous ses rêves de vieux clown mais il était parti heureux.
  
Et à plusieurs centaines de kilomètres de là, Manon rêvait à son ami Piccolo, le vieux clown aux belles histoires.

De celles qui mettent des étoiles dans les yeux.

.