mercredi 27 août 2014

Pas très vivant, pas vraiment mort




Que je sois une girouette depuis bien des années n'aura échappé à personne. J'avais condamné Epistol'Arts. Aujourd'hui, je reviens sur ma décision. Enfin, si on veut.

En fait, 3 facteurs essentiels auront pesé dans ma décision de ne pas enterrer tout à fait mon blog : 

-Certains amis avaient souligné mon courage, notamment Denis qui avait même parlé de tentative de  désintoxication à la vie connectée. J'y ai beaucoup pensé mais finalement il ne faut pas se mentir. Le temps consacré à Epistol'Arts n'est pas bien long et les mises à jour pas bien fréquentes. Si désintoxication il devrait y avoir, ce serait surtout vis à vis de l'ordinateur en général et d'internet en particulier. 

-Actuellement, j'essaie de me remettre à l'écriture. Je sors davantage de chez moi, avec mon cahier et mes stylos afin de retrouver l'inspiration. Après quelques semaines, je ne dois pas me voiler la face, c'est assez compliqué pour le moment même si je ne désespère pas. Le problème est que, par le passé, le blog compensait ce vide de l'écrit au travers de billets plus ou moins dispensables, certes, mais qui entretenaient cette gymnastique des mots. Alors qu'aujourd'hui, je n'ai plus cette satisfaction.

-Certains savent que je suis passionné par les acteurs spécialisés dans le doublage et que je leur consacre régulièrement des billets souvent en forme d'hommage. Je pense notamment ici à Daniel Gall, voix entre autres d'Actarus dans Goldorak. Mon article faisant suite à sa disparition en 2013 est cité en référence par Wikipédia et, si je n'en tire aucun sursaut d'orgueil particulier, je suis tout de même bien content que mes mots sur ce remarquable acteur puissent toucher le plus grand nombre. Supprimer le blog aurait rendu le lien Wikipédia caduc. Et ça me turlupinait... Ça n'a l'air de rien mais ça a beaucoup joué dans ma décision.

Alors voilà. Epistol'Arts ne sera pas désactivé. Sera t-il alimenté de nouveau ? Je n'en sais rien. Probable que oui mais de façon irrégulière. On verra bien. Quelques sujets me démangent, alors...

Oui, on verra...

.