dimanche 22 mars 2020

Dans LEFEUVRE de l'action : Fox-Boy, Troisième souffle



Elles se seront fait désirer ces nouvelles aventures de Fox-Boy mais alors, dire que l'attente en valait la peine serait un euphémisme tant cette BD de Laurent Lefeuvre est passionnante de bout en bout, et ce n'est pas la moindre de ses qualités !

J'ai découvert Laurent Lefeuvre, ou plutôt je ne me suis intéressé à son univers, assez tardivement finalement, un jour d'été 2017. Faut dire que Philippe Cordier, sur son fameux blog "Phil & Co...mix", en disait le plus grand bien et qu'il est souvent de bons conseils. Depuis, j'ai beaucoup aimé "Tom et William" et sa thématique à la fois universelle et si personnelle de l'enfance, dévoré "Fox-Boy" 1 & 2 chez Delcourt, pris un pied pas possible sur "Comme une odeur de diable", jusqu'à être finalement à court de superlatifs sur son extraordinaire "Atelier Workshop". Et je ne vous parle pas du superbe DD ambiance Mazzucchelli qui trône désormais fièrement dans mon bureau ! Et comme j'ai une nouvelle idée de commission qu'il faudra que je me décide à soumettre à l'intéressé, le plaisir devrait se prolonger toujours un peu plus... Il ne me manque que "La merveilleuse histoire des éditions ROA" pour compléter le tableau, faudra que je pense à combler cette lacune.


Je l'ai déjà dit à maintes reprises, ce modeste blog est celui d'un lecteur lambda, parfois exigeant mais lambda, je ne suis pas critique spécialisé, si tant est qu'on puisse vraiment l'être tant une lecture reste forcément subjective. Du coup, fidèle à mon habitude, je ne vais pas vous raconter le(s) pitch(s) de Fox-Boy troisième souffle. N'importe quelle page sur le net vous informera mieux que je ne saurais le faire. Par contre, je vais essayer de partager avec vous les formidables qualités de cette BD derrière lesquelles transpirent celles de son auteur.

D'abord, mais on commence à avoir l'habitude, c'est un ouvrage généreux, rempli jusqu'à la gueule, certes bien aidé en cela par une campagne Ulule impeccablement menée et qui a fait gonfler le contenu de jour en jour. Généreux par son nombre de pages mais aussi par sa variété : en dehors des histoires proprement dites, on a un prologue façon album d'autocollants genre Panini, des fiches personnages réminiscences des fiches Marvel de A à Z des Strange Spécial Origines, un courrier des lecteurs façon Strange, sans oublier un appréciable cahier de fin de tome en guise de dessert avec couvertures bourrées de clins d’œil envers certaines oeuvres ou dessinateurs US cultes.


Ensuite, c'est une BD passionnante. De par ce qu'elle raconte évidemment, avec, entre autres, des récits ancrés dans une Bretagne peuplée de légendes, terrain propice à des incursions savoureuses dans le fantastique. De par la force de sa narration, du dessin, de par la maîtrise assez incroyable de la mise en scène. On a l'impression que Laurent Lefeuvre peut tout faire, tout expérimenter et qu'il n'y a pas de limites dans les voies qu'il peut explorer, comme s'il était dans un gigantesque labo qui garderait pourtant toute sa cohérence. Ses planches sont magnifiques, savamment découpées et toujours très dynamiques. Je n'avais pas mesuré jusque là l'importance de cette maîtrise, révélatrice, à mon sens, de l'enthousiasme jamais pris en défaut de Laurent Lefeuvre et de son appétit monstre pour aller au delà de ses limites artistiques et ainsi toujours se renouveler. J'aime tout particulièrement les atmosphères qu'il dépeint, c'est quelque chose auquel je suis très sensible, bien au delà de la seule histoire. Et là, je suis plus que servi, avec une soif épanchée en permanence. J'aime ses ombres, ses couleurs, son bestiaire, ses crépuscules et ses nuits... J'aime tout. 


Enfin, et c'est le point qui m'a vraiment donner l'envie d'écrire ce billet, point encore plus subjectif que les autres, c'est une BD qui émerveille. Qui m'a émerveillé en tout cas. Attention, je n'ai pas dit que l'on était dans un monde merveilleux, on n'y est résolument pas, entre vie citadine un peu crasse, légendes obscures et thématiques écologiques tristement d'actualité. Mais c'est une BD qui m'a émerveillé. Qui a refait de moi un enfant aux yeux écarquillés. Pour moi, c'est ça, l'émerveillement, c'est d'avoir ces yeux-là et, cerise sur le gâteau, d'en prendre toute la pleine conscience et je suis ô combien soulagé d'avoir la confirmation que ce sentiment délicieux n'a pas d'âge. Pourquoi cet émerveillement ? Parce que, enfant, je suis passé à côté de toutes ces histoires de monstres à la Claude Seignolle ou à la Bernie Wrightson, pour ne citer qu'eux parmi tant d'autres. J'étais westerns, super-héros, accro à Goldorak, captivé par Rahan etc. Mais point de fantastique ou de récits bien flippants lorsque j'étais gosse ou même ado. Laurent Lefeuvre, de par ses récits et ses influences multiples, de par les atmosphères si caractéristiques dont je parlais plus haut, me permet de rattraper mon retard, de redevenir le môme que j'étais, celui qui découvre et s'émerveille, celui qui n'est plus l'adulte qui tente désespérément, tant bien que mal, de préserver dans une bulle forcément flétrie, une part de l'enfant qu'il fut et qu'il veut rester. A certains moments de ma lecture, c'était comme si le temps s'était suspendu. J'étais redevenu enfant et seulement enfant. Parce que j'explorais des univers qui ne m'étaient pas familiers et dont je me délectais (c'est pour cela d'ailleurs que, dans la bibliographie de Laurent, "Comme une odeur de diable" garde une place toute particulière). Pour beaucoup, cet enthousiasme et ces mots vont paraître exagérés mais justement ils ne le sont pas. Ils le sont d'autant moins que j'ai été le premier surpris de ressentir cela et qu'il a été très compliqué, à froid, de mettre des mots sur cette sensation si étrange et surtout si imprévisible. Mais tellement agréable. Prendre du rab d'enfance, ça n'a pas de prix.


Dorénavant sous la bannière de l'éditeur Komics Initiative via son fondateur Mickaël Géreaume, Fox-Boy va voir ses précédentes aventures, parues initialement chez Decourt, ressortir dans des versions augmentées et surtout chronologiquement modifiées (les tomes 1 & 2 chez Delcourt devraient devenir 2 & 3 chez Komics Initiative, vous suivez ?) par le biais de nouvelles campagnes Ulule qui promettent ! Tout ceci pour une sortie prévue en 2020, sous réserve que les événements actuels ne jouent pas les trouble-fête. On en reparle très vite. D'ici là, je ne saurais que trop vous recommander l'achat de Fox-Boy : Troisième souffle, en privilégiant les sites spécialisés sur le net ou en en faisant la commande auprès de votre libraire spécialiste BD attitré.

Et surtout portez-vous aussi bien que possible et... RESTEZ CHEZ VOUS.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire